Corée du Nord: Pyongyang continue d'investir dans les installations répressives

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté ce mercredi à l’unanimité une résolution prévoyant un nouveau volant de sanctions contre le régime de Pyongyang après son cinquième essai nucléaire en septembre dernier.

Comme attendu, le Consiel de sécurité à voté une résolution renforçant les sanctions contre la Corée du Nord ce mercredi 30 novembre, alors que de nouvelles images satellites accusent Pyongyang de continuer à investir dans les installations répressives.

Selon ces clichés de la Corée du Nord vue du ciel, les tristement célèbres « Kwanliso », terme employé pour décrire les centres de détention réservés aux prisonniers politiques, se sont déplacés vers l’intérieur du pays.

Lire la suite sur www.rfi.fr…

Le Conseil ajoute aussi 10 entreprises ou administrations et 11 individus, dont deux anciens ambassadeurs en Egypte et en Birmanie, à une liste noire de personnes et entités accusées de contribuer aux programmes militaires nord-coréens et frappées de sanctions ciblées (gel d’avoirs et interdiction de voyager).

Selon l’ambassadrice américaine Samantha Power, les nouvelles sanctions vont priver le régime communiste de plus de 700 millions de dollars de revenus en devises fortes, susceptibles de financer ses programmes militaires.

Nations unies (Etats-Unis) (AFP) – L’ONU a resserré mercredi l’étau des sanctions internationales autour de la Corée du Nord à la suite de son dernier essai nucléaire, en plafonnant les exportations nord-coréennes de charbon vers la Chine.

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

Selon des responsables américains, si ces sanctions étaient appliquées strictement, le régime communiste serait ainsi privé de plus de 700 millions de dollars de revenus en devises fortes, susceptibles de financer ses programmes militaires.

Ces sanctions « sont les plus sévères et les plus complètes jamais imposées par le Conseil de sécurité » et elles envoient « un message sans équivoque », a souligné à l’ouverture de la séance le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon.

La poursuite par Pyongyang de ses programmes militaires « représente une menace croissante à la sécurité régionale et au régime international de non-prolifération » nucléaire, a-t-il affirmé.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Il aura fallu trois mois pour arriver à un compromis au sein du Conseil de sécurité de l’ONU. À la suite du 5e essai nucléaire nord-coréen, le 9 septembre, et de ses derniers essais de missiles balistiques, une nouvelle résolution lancée par les États-Unis a été votée mercredi 30 novembre pour renforcer encore les sanctions contre la Corée du Nord.

Il aura fallu trois mois pour arriver à un compromis au sein du Conseil de sécurité de l’ONU. À la suite du 5e essai nucléaire nord-coréen, le 9 septembre, et de ses derniers essais de missiles balistiques, une nouvelle résolution lancée par les États-Unis a été votée mercredi 30 novembre pour renforcer encore les sanctions contre la Corée du Nord.

Elle vise à « imposer une limite stricte et contraignante aux exportations de charbon de la Corée du Nord, qui est sa principale source de revenus externes », a expliqué un responsable américain qui suit ce dossier.

Lire la suite sur www.la-croix.com…

NATIONS UNIES, 30 novembre (Reuters) – Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté mercredi de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord après l'essai nucléaire souterrain auquel le pays a procédé en septembre en violation de plusieurs résolutions onusiennes.

Le dernier essai nucléaire en date a été mené le 9 septembre et Américains et Chinois ont négocié pendant plus de deux mois le périmètre de ces nouvelles sanctions avant de les présenter à l'Onu.

Les quinze Etats membres du Conseil de sécurité ont adopté à l'unanimité un projet de résolution qui avait été négocié notamment par les Etats-Unis et la Chine.

Lire la suite sur www.boursorama.com…

L’ONU a resserré encore mercredi l’étau des sanctions internationales autour de la Corée du Nord à la suite de son dernier essai nucléaire, en plafonnant les exportations nord-coréennes de charbon vers la Chine.  Une résolution en ce sens, mise au point par les États-Unis à l’issue de trois mois de difficiles négociations avec Pékin, a été adoptée à l’unanimité de ses quinze pays membres.

Selon la délégation française, ces sanctions priveront le régime de Kim Jong-Un d’un quart de ses revenus extérieurs.  Ces sanctions « sont les plus sévères et les plus complètes jamais imposées par le Conseil de sécurité » et elles envoient « un message sans équivoque », a souligné à l’ouverture de la séance le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon.

Le Conseil de sécurité adopte à l’unanimité des sanctions qui priveront la Corée du Nord d’un quart de ses revenus extérieurs. #DPRKpic. twitter.

Lire la suite sur www.europe1.fr…

NEW YORK — Le Conseil de sécurité des Nations unies a imposé mercredi de nouvelles sanctions à la Corée du Nord, après des mois de tractations diplomatiques concernant la réponse la plus appropriée au plus récent test nucléaire de Pyongyang, en septembre, et son indifférence aux pressions économiques et diplomatiques.

Les sanctions ciblent l’accès de la Corée du Nord au système bancaire mondial et menacent, pour la première fois, de suspendre certains ou tous les privilèges du pays à l’ONU s’il ne se plie pas aux demandes de la communauté internationale.

Le principal allié de la Corée du Nord et son plus grand partenaire commercial, la Chine, a estimé que ces sanctions trouvent un juste point d’équilibre entre punir le pays et protéger ses habitants.

Lire la suite sur journalmetro.com…

Le Conseil de sécurité de l’ONU a
adopté mercredi à l’unanimité une résolution destinée à durcir les
sanctions à l’encontre de la République populaire démocratique de
Corée (RPDC), en réponse au cinquième essai nucléaire mené par ce
pays.

Après l’adoption de la nouvelle
résolution par le Conseil, le secrétaire général de l’ONU Ban
Ki-moon a déclaré que cette mesure permettrait d’envoyer « un
message sans équivoque » à la RPDC, en lui demandant de mettre fin à
ses provocations et de se plier à ses obligations
internationales.

En mars, le Conseil a imposé des
sanctions très sévères, comprenant notamment une interdiction de
certaines exportations et le gel des avoirs de la RPDC à
l’étranger, en réponse à un prétendu « test de bombe H » conduit en
janvier.

Lire la suite sur french.china.org.cn…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn