COP21: un marathon à l'issue incertaine

La troisième condition, c’est «que toutes nos sociétés, dans leur grande pluralité, diversité, se mettent en mouvement». «Si nous laissons de côté les intérêts à court terme peut-être pourrons-nous inverser la tendance», a plaidé de son côté le président des États-Unis qui n’a pas hésité à reconnaître la responsabilité historique de son pays dans les émissions de gaz à effet de serre, tout en rappelant au passage celle désormais encore plus importante de la Chine. «Je suis venu en tant que leader de la première économie mondiale et du deuxième pays émetteur», a ainsi déclaré Barack Obama pour dire que les États-Unis «prendront (leur) responsabilité dans sa solution».

La deuxième serait d’apporter «au défi climatique une réponse solidaire». «Les pays développés doivent assumer leur responsabilité historique, ce sont eux qui ont émis pendant des années le plus de gaz à effet de serre ; les pays émergents doivent accélérer leur transition énergétique, les pays en développement doivent être accompagnés dans leur adaptation aux impacts climatiques», a-t-il résumé.

Mais, à la lumière de l’immense tribune du Bourget, le défilé des chefs d’État et de gouvernement a ensuite donné lieu à une multiplication de propos tous plus engagés les uns que les autres en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique et d’un monde plus durable.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Ils devaient ainsi donner une « impulsion politique » aux négociateurs, qui reprennent leurs travaux lundi soir, après une première session anticipée dimanche. « Vous ne pouvez pas vous permettre d’être indécis, de prendre des demi-mesures (…) L’histoire vous interpelle, je vous exhorte à répondre avec courage et vision », a lancé le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. « Faisons de la conférence de Paris le succès historique que le monde attend », a plaidé le ministre français des affaires étrangères Laurent Fabius, tout juste élu président de cette COP21. « Je n’oppose pas la lutte contre le terrorisme à la lutte contre le changement climatique », a déclaré ensuite le président François Hollande. « Ce sont deux grands défis mondiaux que nous devons relever.  » « Il s’agit de décider ici, à Paris, de l’avenir même de la planète » et de parvenir à un accord « différencié, universel et contraignant ».

Les présidents François Hollande et Barack Obama ont présenté lundi après-midi la « mission innovation », une initiative qui rassemble vingt pays dont la France, les Etats-Unis, le Royaume Uni, le Japon et les Émirats arabes unis, s’engageant à doubler leurs investissements dans la recherche et le développement des énergies propres dans les cinq ans à venir.

Après avoir observé une minute de silence en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre, plus de 150 chefs d’Etat ou de gouvernement ont défilé à la tribune, dans deux salles du Bourget (Seine-Saint-Denis), s’exprimant chacun pendant trois minutes sur l’engagement de leur pays contre le dérèglement climatique.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Le Bourget (France) (AFP) – Les chefs d’Etat du monde entier ont appelé lundi à une action urgente contre le réchauffement climatique, mais les lignes de fractures qui divisent pays du Nord et du Sud sont vite réapparues, lors du plus grand sommet réuni par l’ONU à Paris, au premier jour de la conférence climat.

A l’ouverture de cette grand-messe pour la planète, 150 dirigeants, dont l’Américain Barack Obama, le Chinois Xi Jinping, le Japonais Shinzo Abe et le Français François Hollande, ont observé une minute de silence après les attentats récemment perpétrés dans plusieurs pays, dont la France.

Jean-François Julliard, de Greenpeace France, s’est dit « optimiste parce que l’impulsion politique est là, mais il va falloir voir ce que ça donne »: « François Hollande a parlé du développement des énergies renouvelables, de la responsabilité des pays riches, et il a été relayé par Barack Obama ».

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

People – à 16h40Découvrez quelle chanteuse Adele considère comme la reine de la pop ? EN DIRECT. EN DIRECT. le 30 novembre 2015 à 06h21 , mis à jour le 30 novembre 2015 à 18h27. [email protected]’) » href= »# » rel= »nofollow »>COP 21 : ça veut dire quoi, ça sert à quoi ? climat ,cop21 ,paris Environnement La conférence de Paris sur le climat s'est ouverte ce lundi sous haute sécurité avec une double ambition : sceller un accord mondial contre le réchauffement climatique en réunissant plus de 150 chefs d'Etat.

François Hollande a affirmé que "jamais l'enjeu d'une réunion internationale n'a été aussi élevé, car il s'agit de l'avenir de la planète". • La conférence de Paris sur le climat s’est ouverte sous haute sécurité avec une double ambition : sceller un accord mondial contre le réchauffement climatique et montrer que le monde n’a pas peur des « terroristes », en réunissant plus de 150 chefs d’Etat.

Il semblerait qu’il ne veuille pas se retrouver sur le même cliché que le président turc Erdogan alors que les deux pays connaissent de fortes tensions depuis que la Turquie a abattu un avion russe il y a quelques jours. VIDEO. 11h15.  Une minute de silence en hommage aux victimes des attentats de Paris a été observée dans la salle de conférence du Bourget avant le discours de François Hollande.

Lire la suite sur lci.tf1.fr…

La présence ce lundi de 150 chefs d’Etat et de gouvernements doit de ce point de vue contribuer à ce que les délégués règlent au plus vite les sujets qui fâchent.

Si les chefs d’États ont donné le la ce lundi, en définissant les grandes orientations de cette conférence sur le climat, c’est bien les 7. 000 délégués présents au Bourget qui devront mettre en musique cette délicate partition.

On rencontre beaucoup de délégués d’autres pays, on négocie, mais à partir de mercredi ou jeudi au plus tard on va devoir avancer encore plus vite ».

Lire la suite sur www.challenges.fr…

Les chefs d’État du monde entier ont appelé ce lundi à une action urgente contre le réchauffement climatique, mais les lignes de fractures qui divisent pays du Nord et du Sud sont vite réapparues, lors du plus grand sommet réuni par l’ONU, à Paris, au premier jour de la conférence climat. À l’ouverture de cette grand-messe pour la planète, les 150 dirigeants dont l’Américain Barack Obama, le Chinois Xi Jinping, le Japonais Shinzo Abe, le Français François Hollande ont observé une minute de silence après les attentats récemment perpétrés dans plusieurs pays, dont la France.

La lutte contre le terrorisme et la lutte contre le changement climatique sont « deux grands défis mondiaux que nous devons relever », a souligné François Hollande à la tribune de la conférence qui se tient au Bourget (nord de Paris). « Nous devons (à nos enfants) une planète préservée des catastrophes », a-t-il insisté, soulignant que la COP21 est « un immense espoir que nous n’avons pas le droit de décevoir »: « il s’agit de décider ici à Paris de l’avenir même de la planète ».

La conférence est censée accoucher pour le 11 décembre du premier accord universel permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre, pour limiter le réchauffement à +2 °C par rapport à l’ère pré-industrielle. « Le plus grand rassemblement de chefs d’État sous le même toit la même journée », a été salué dans un tweet par la responsable climat de l’ONU, Christiana Figueres.

Lire la suite sur www.ouest-france.fr…

Quant au Premier ministre indien, Narendra Modi, dont le pays détient une des clefs de l’issue de la COP21, il a assuré François Hollande, lors d’un entretien bilatéral, qu’il était venu porter un « message de succès », tout en insistant sur la nécessité de laisser son pays se développer.

A ce titre, François Hollande a demandé aux pays développés, qui ont émis des décennies durant le plus de gaz à effet de serre (GES), d' »assumer leurs responsabilités historiques », un message à l’adresse des pays émergents et en développement repris au bond par Barack Obama.

LE BOURGET, Seine-Saint-Denis (Reuters) – Les principaux dirigeants du monde ont ouvert lundi la conférence climat de Paris par des appels à un accord sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, que François Hollande a de nouveau souhaité contraignant.

Lire la suite sur www.boursier.com…