Châteaurenard : Sarkozy tente d'étouffer Le Pen, Hollande et Juppé

Il était inconcevable que Nicolas Sarkozy puisse se faire entendre dans de telles conditions… On en regrettait presque le faste des meetings présidentiels de 2012 quand Bygmalion assurait au candidat Sarkozy un service son et lumière de première classe !

Décidément un signe, cette croix rouge présente sous forme typographique sur la couverture du livre de Nicolas Sarkozy, Tout pour la France (Plon), comme un clin d’oeil à cette France éternelle, fille aînée de l’Église, dont Sarkozy allait défendre, à la tribune, « l’identité menacée ».

Tout le quinquennat de François Hollande a offert un boulevard à Marine Le Pen, qui, d’élection en élection, a installé son parti au centre d’un jeu à trois.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

«C’est un élu du Sud-Ouest, il devrait supporter le coup de chaud», s’amuse Édouard Philippe, juppéiste de la première heure.

«Pendant deux ans, Alain Juppé a fait tranquillement un travail de fond nécessaire, qui est indispensable mais pas spectaculaire.

«Quand les gens sont inquiets, ils s’échauffent, ils ont des expressions rudes», raille Édouard Philippe qui espère qu’il en résultera un «effet de contraste» positif pour Alain Juppé.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Toujours distancé dans les sondages par l’ancien Premier ministre Alain Juppé pour la course à l’investiture de la droite, Nicolas Sarkozy a toutefois vu sa cote de popularité remonter après l’attaque qui a fait 86 morts à Nice le 14 juillet, et l’assassinat d’un prêtre dans une église de Seine-Maritime, le 26 juillet.Au croisement des départements du Gard, du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône, le choix de Châteaurenard pour ce premier meeting, très axé sur les problématiques de sécurité, d’identité nationale et d’immigration, n’avait rien d’anodin.

« Identité menacée »Le choix de cette place-forte de la droite, enserrée dans un territoire fracturé où grandit l’influence du FN incarné par Marion Maréchal-Le Pen, députée du Vaucluse depuis 2012, peut être analysé comme une tentative de séduire, comme en 2007, les électeurs tentés par l’extrême droite.Dans cette région clef pour 2017, où Nicolas Sarkozy compte de nombreux soutiens, le désormais ex-président des Républicains a longuement décliné les thématiques de l’identité nationale et de l’immigration, sujets de prédilection du FN.

« Je l’assume, notre identité est menacée () quand on laisse des minorités nous imposer un mode de vie qui ne sera jamais le nôtre », a lancé Nicolas Sarkozy.

Lire la suite sur www.lesechos.fr…

L’identité française au coeur du premier meeting de Nicolas Sarkozy
Par
RFI
Publié le 26-08-2016
Modifié le 26-08-2016 à 09:26
Pour son premier meeting de campagne en tant que candidat à la présidentielle, Nicolas Sarkozy a défendu avec force hier soir, jeudi 25 août, à Châteaurenard dans le sud de la France, la notion d’identité française, appelant devant des militants enthousiastes à des mesures durcies sur l’immigration et la sécurité.

Avec notre envoyée spéciale à Châteaurenard, Véronique Rigolet
« J’ai décidé d’être candidat à l’élection présidentielle », pour son premier meeting de campagne, le candidat Sarkozy a donc choisi les Bouches-du-Rhône, ce sud de la France si bien ancré à droite, voir même tenté par l’extrême droite, une terre où la ligne identitaire défendue par l’ex-président est plébiscitée, comme sa demande d’interdiction du voile et du burkini : « Je demande une loi d’interdiction sur tout le territoire de la République.

Et défendre l’identité française, cela passe pour Nicolas Sarkozy par des propositions durcies sur l’immigration et la sécurité.

Lire la suite sur www.rfi.fr…

Hier, c’est dans le gymnase bondé de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône), où se serraient plus de 2 000 personnes écrasées par la chaleur, que l’ancien président a tenu son premier meeting de candidat.

Le Sud, une évidence pour lancer sa campagne : non seulement les Républicains y comptent une de leurs plus grosses fédérations, mais en prime, le FN a réalisé dans les Bouches-du-Rhône un score de près de 44 % lors des régionales.

Et les petits règlements de compte entre (ex) amis ne sont jamais loin, puisque Jean-François Copé, avec qui les relations sont glaciales depuis l’affaire Bygmalion, fait traditionnellement sa rentrée depuis plus de dix ans à quelques mètres de là… L’heure n’était pas hier aux annonces fracassantes ni aux nouveautés.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Et c’est dans cette région où le vote Front national est très fort que l’ancien président des Républicains a choisi de dérouler son programme sur l’identité, l’immigration ou encore la laïcité.

Devant 2.000 personnes acquises à sa cause, l’ancien président a prouvé, s’il en était encore besoin, qu’il comptait bien mener une campagne très à droite.

Lorsque Nicolas Sarkozy souligne que « le peuple de France n’est pas xénophobe parce qu’il considère qu’il a un problème avec l’immigration », il est accueilli avec une ovation.

Lire la suite sur www.europe1.fr…

De son côté, Nathalie Kosciusko-Morizet se dit « optimiste », mais en coulisses, on envisage déjà un ralliement  Alain Juppé.

Henri Guaino a cependant annoncé, selon la Croix, qu’il cherchera à être directement candidat au premier tour de l’élection présidentielle s’il ne parvient pas à l’être à la primaire de la droite.

Un candidat n’a pas besoin de parrainage.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

L’ancien président de la République Nicolas Sarkozy était en déplacement à Chateaurenard (dans les Bouches-du-Rhône) ce jeudi 25 août, pour son premier meeting depuis l’annonce de son entrée en campagne en vue de la primaire de la droite et du centre.

Ce dernier a ainsi fait part de son désir de voir une loi interdire le burkini sur l’ensemble du territoire.

Il a exprimé ce souhait dans un contexte politique tendu: alors que les arrêtés anti-burkini sur les plages se multiplient dans les municipalités balnéaires, le gouvernement a affiché sa division autour de cette question.

Lire la suite sur www.bfmtv.com…

Identité heureuse ou malheureuse : la place des musulmans en France au cœur de la primaire de la droite
La campagne pour la désignation du candidat de la droite à l’élection présidentielle promet de tourner au choc Juppé-Sarkozy sur la question de l’Islam.

La campagne pour la primaire de la droite et du centre, au mois de …

Lire la suite sur news.google.fr…