Chanter Happy Birthday est désormais officiellement gratuit

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Un juge fédéral a validé lundi un accord amiable reconnaissant que la célèbre chanson Happy Birthday appartenait au domaine public, ce qui permet en conséquence son interprétation sans acquitter de royalties.

Cet accord, approuvé par le juge George King à Los Angeles, met un terme à un litige entre l’éditeur Warner/Chappell Music – qui affirmait détenir les droits de la chanson – et des plaignants à l’origine d’une action de groupe en 2013.

Les poursuites avaient été initiées lorsque la production d’un film à petit budget consacré à l’histoire de la chanson a refusé de payer les 1500 dollars réclamés par l’éditeur musical pour l’utilisation du morceau.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Heureu­se­ment, la justice améri­caine a tran­ché ce lundi dans un litige qui oppo­sait la société Warner/Chap­pell, qui affir­mait déte­nir les droits de la célèbre chan­son, et des plai­gnants à l’origine d’une action de groupe en 2013.

La chan­son Happy birth­day que tous les enfants du monde entier chantent sans même comprendre l’anglais, est offi­ciel­le­ment, depuis ce lundi, libre de droits.

Cela met un terme à un vieux litige oppo­sant la produc­tion d’un film à petit budget consa­cré à l’histoire de cette chan­son, et la société Warner/Chap­pell, filiale du géant Warner Music, qui affir­mait déte­nir les droits après avoir racheté la société qui reven­diquait la propriété de la chan­son depuis 1988.

Lire la suite sur www.gala.fr…

Un juge fédéral a validé ce lundi un accord amiable reconnaissant que la célèbre chanson « Happy Birthday » appartenait au domaine public, ce qui permet en conséquence son interprétation sans acquitter de royalties.

Cet accord, approuvé par le juge George King à Los Angeles, met un terme à un litige entre l’éditeur Warner/Chappell Music – qui affirmait détenir les droits de la chanson – et des plaignants à l’origine d’une action de groupe en 2013.

Les poursuites avaient été initiées lorsque la production d’un film à petit budget consacré à l’histoire de la chanson a refusé de payer les 1350 euros réclamés par l’éditeur musical pour l’utilisation du morceau.

Lire la suite sur www.ledauphine.com…

Selon un accord validé par un juge américain, la chanson tombe dans le domaine public, et Warner / Chappell Music devra rembourser plusieurs millions de dollars de droits indûment perçus.

En septembre 2015, un juge fédéral californien avait déjà décidé que Warner / Chappell Music n’avait en fait pas le droit de réclamer de tels royalties, comme il le faisait depuis 1988, année où la société pensait en avoir acquis la propriété.

Ce lundi 27 juin, le juge a mis un point final à cette histoire, en approuvant l’accord qui oblige l’éditeur à rembourser 14 millions de dollars indûment perçus (ils seront redistribués à ceux qui avaient payé pour utiliser la chanson pendant les décennies précédentes).

Lire la suite sur www.telerama.fr…

Vous ne le saviez peut-être pas mais utiliser la musique « Happy Birthday » à un anniversaire ou pendant une fête n’était pas du tout gratuit.

« C’est une grande victoire pour le public et pour les artistes voulant utiliser Happy Birthday to you dans leurs vidéos et dans leur musique », a commenté Daniel Schacht, avocat des plaignants.

La maison de disques a depuis accepté de payer 14 millions de dollars dans le cadre d’une transaction amiable, ce qui éteint de facto ses revendications concernant le copyright de « Happy Birthday ».

Lire la suite sur lci.tf1.fr…

On vous évoquait l’an dernier ce contentieux entre l’éditeur Warner Chappell Music et des indépendants regroupés en «class action» au sujet des droits d’auteur de Happy Birthday.

L’enjeu financier était conséquent puisqu’il s’agissait, pour les plaignants, de réclamer l’entrée dans le domaine public de l’inénarrable «Happy Birthday», pour qui Warner Chappell percevait encore une manne financière estimée à 2 millions de dollars par an (environ 1,8 million d’euros).

L’éditeur avait alors été condamné à verser 14 millions de dollars (environ 12,3 millions d’euros) à des tas de gens à qui ils avaient réclamé des droits d’auteur indûment depuis 1949.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

Jusqu’à présent propriété d’un éditeur de musique, elle faisait l’objet de droits à verser à chaque utilisation dans un film, par exemple.

Pour chanter « Joyeux anniversaire » dans un film ou une émission de télé, par exemple, il fallait jusqu’à présent payer des droits à l’éditeur musical propriétaire de cette partition musicale, Warner/Chappell Music.

C’est désormais du passé, grâce à la décision de justice rendue lundi par le juge fédéral George King à Los Angeles.

Lire la suite sur www.francebleu.fr…

George King, juge dans une cour de district des États-Unis, a approuvé le passage de la composition musicale Happy Birthday To You dans le domaine public, annonce la chaîne CBS News.

Ce genre de sujets attire toujours l’attention du grand public.

Cette décision ne fait pas exception.

Lire la suite sur fr.sputniknews.com…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn