Cette nuit en Asie : après l'assassinat de Kim Jong-nam, l'étau se resserre sur Pyongyang

Dans la matinée ce mercredi, la police malaisienne a en effet indiqué qu’elle avait formellement demandé à l’ambassade de Corée du Nord à Kuala Lumpur de lui remettre l’un de ses cadres qui est désormais considéré comme l’un des suspects dans l’attaque organisée à l’aéroport de Kuala Lumpur.

« Nous espérons que l’ambassade va coopérer avec nous et nous autoriser à l’auditionner rapidement », a expliqué Khalid Abu Bakar, le directeur général de la police, avant d’expliquer qu’il pourrait, en cas de refus, employer d’autres moyens pour rencontrer le fonctionnaire.La police a par ailleurs indiqué que les enquêteurs cherchaient également à mettre la main sur l’un des employés de la compagnie aérienne d’Etat nord-coréenne Air Koryo, habituellement basé en Malaisie.

Mais ce mercredi, le directeur de la police a mis à mal cette version en expliquant que les deux suspectes avaient répété plusieurs fois leurs gestes et que les personnes les ayant « employées » leurs avaient conseillé d’aller rapidement se laver les mains après l’attaque pour se débarrasser du poison que leur avait remis les agents nord-coréen.

Lire la suite sur www.lesechos.fr…

Les policiers malaisiens qui enquêtent sur l’assassinat la semaine dernière du demi-frère en exil du leader nord-coréen veulent interroger un diplomate nord-coréen à Kuala Lumpur et pensent que deux suspectes arrêtées savaient que c’était une attaque au poison, a indiqué la police mercredi.La police soupçonne cinq Nord-Coréens d’être impliqués dans cette attaque contre Kim Jong-Nam le 13 février à l’aéroport international de Kuala Lumpur et souhaite en interroger trois autres pour les besoins de l’enquête.

L’un des trois est un attaché à l’ambassade nord-coréenne de Kuala Lumpur, et un autre travaille pour une compagnie aérienne nord-coréenne, a déclaré à des journalistes le chef de la police nationale malaisienne, Khalid Abu Bakar.

Sinon, nous allons les contraindre à venir chez nous», a ajouté M. Khalid.Interrogé par des journalistes lui demandant si les deux suspectes arrêtées pour leur implication présumée dans cet assassinat savaient que la substance projetée au visage de Kim Jong-Nam était toxique, le chef de la police a répondu: «Oui, bien sûr qu’elles savaient».

Lire la suite sur www.liberation.fr…

La police malaisienne a dit mercredi avoir identifié un haut responsable de l’ambassade nord-coréenne à Kuala Lumpur comme un suspect dans l’assassinat de Kim Jong-Nam, le demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, ajoutant qu’un autre était lié à la compagnie pour être interrogés.

Le chef de la police Khalid Abou Bakar a précisé que les deux suspects se trouvaient toujours en Malaisie et qu’ils avaient été convoqués pour être interrogés, ajoutant que le diplomate avait le rang de second secrétaire de l’ambassade.

Kim Jong-Nam a été assassiné il y a une dizaine  de jours à l’aéroport de Kuala Lumpur au moment où il s’apprêtait à embarquer sur un vol pour Macao.

Lire la suite sur www.europe1.fr…

La police soupçonne cinq Nord-Coréens d’être impliqués dans cette attaque contre Kim Jong-nam le 13 février à l’aéroport international de Kuala Lumpur et souhaite en interroger trois autres pour les besoins de l’enquête, a-t-elle indiqué mercredi.

Parmi eux figurent le deuxième secrétaire à l’ambassade de Corée du Nord à Kuala Lumpur et un employé d’une compagnie aérienne nord-coréenne, a déclaré le chef de la police nationale.

« Nous espérons que l’ambassade nord-coréenne va coopérer et nous permettre de les entendre rapidement.

Lire la suite sur www.rts.ch…

Les policiers malaisiens qui enqu�tent sur l’assassinat la semaine derni�re du demi-fr�re en exil du leader nord-cor�en veulent interroger un diplomate nord-cor�en � Kuala Lumpur et pensent que deux suspectes arr�t�es savaient que c’�tait une attaque au poison, a indiqu� la police mercredi.

La police soup�onne cinq Nord-Cor�ens d’�tre impliqu�s dans cette attaque contre Kim Jong-Nam le 13 f�vrier � l’a�roport international de Kuala Lumpur et souhaite en interroger trois autres pour les besoins de l’enqu�te.

L’un des trois est un attach� � l’ambassade nord-cor�enne de Kuala Lumpur, et un autre travaille pour une compagnie a�rienne nord-cor�enne, a d�clar� � des journalistes le chef de la police nationale malaisienne, Khalid Abu Bakar.

Lire la suite sur www.20min.ch…

Dans Rase campagne*, Gilles Boyer revient sur son parcours auprès d’Alain Juppé et son expérience de directeur de la campagne du maire de Bordeaux durant la primaire à droite.

« Le 20 août, [Alain Juppé] publie son blog à 8 heures du matin en France », écrit Gilles Boyer.

Si l’équipe d’Alain Juppé fait campagne avec des moyens « de bout de ficelle », quelques principes sont posés par le candidat : « pas question de faire campagne à la manière d’un autre, pas question de se laisser dicter le rythme par un autre, pas question de renoncer à expliquer la complexité du monde (…) A l’appui de ces principes, une stratégie de communication sobre et de rareté médiatique relative », écrit le directeur de campagne obsédé par les enquêtes d’opinion.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Un secrétaire de l’ambassade nord-coréenne ferait partie d’un groupe de huit suspects nord-coréens ayant comploté pour faire assassiner Kim Jong-nam, ont révélé mercredi matin les autorités malaisiennes.

Le chef de police de la Malaisie, Khalid Abu Bakhar, n’a pas voulu confirmer en point de presse que Pyongyang était derrière le meurtre du demi-frère de Kim Jong-un, leader de la Corée du Nord.

Kim Jong-nam a été assassiné à l’aéroport international de Kuala Lumpur alors qu’il s’apprêtait à prendre un vol pour Macao.

Lire la suite sur journalmetro.com…

(Yonhap) — La police malaisienne a annoncé ce mercredi avoir identifié deux nouveaux Nord-Coréens impliqués dans l’assassinat de Kim Jong-nam, demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

La police malaisienne a arrêté vendredi dernier le Nord Coréen Ri Jong-chol, âgé de 46 ans, après avoir arrêté trois personnes dont les deux femmes.

La police locale a noté qu’elle poursuivait toujours quatre autres suspects nord-coréens qui ont quitté la Malaisie le jour du décès de Kim.

Lire la suite sur french.yonhapnews.co.kr…