C’est l’heure du BIM: Actes antisémites en hausse, conseiller spécial sur le départ et accident de tram

« En attaquant un culte, en attaquant la mémoire d’Ilan Halimi, c’est la République qu’on attaque », a affirmé très ému le ministre, qui a également évoqué les « attaques dont ont fait l’objet les églises catholiques ».

Ismaël Emelien, qui a annoncé lundi son départ de l’Elysée, a incarné mieux que quiconque la disruption auprès d’Emmanuel Macron qu’il a accompagné, toujours dans l’ombre, des balbutiements d’En Marche !

Autour d’Emmanuel Macron, Ismaël Emelien, âgé de 31 ans, était le pendant créatif et innovant du gestionnaire Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Elysée.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Ismaël Emelien, 31 ans, jusqu’à maintenant conseiller spécial du président de la République, a annoncé sa démission dans un entretien au Point, lundi 11 février.

Ismaël Emelien est également cité par Alexandre Benalla dans des enregistrements publiés récemment par Mediapart, ce dernier affirmant avoir le soutien du conseiller spécial.

« Par éthique personnelle, je me suis astreint, en tant que conseiller spécial du président, à un silence absolu qui n’est pas compatible avec la parution d’un tel ouvrage », déclare-t-il au Point.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Le conseiller spécial du chef de l’État, dont le nom a surgi dans l’affaire Alexandre Benalla, a confié au Point ce lundi 11 février que sa démission, convenue avec Emmanuel Macron depuis novembre, sera effective fin mars-début avril.

« Mon départ correspond à une nouvelle étape de mon engagement (…) Je veux retrouver la confrontation en première ligne », assure-t-il à l’hebdomadaire.

Après le départ de Sylvain Fort, la « plume » d’Emmanuel Macron, fin janvier, un autre fidèle du chef de l’État va quitter l’Élysée.

Lire la suite sur actu.orange.fr…

Ismaël Emelien, le « conseiller spécial » d’Emmanuel Macron, mis en cause dans l’affaire Benalla, a annoncé sa démission dans un entretien au magazine Le Point publié aujourd’hui, un départ qui sera effectif fin mars-début avril.

« Par éthique personnelle, je me suis astreint en tant que conseiller spécial du président à un silence absolu qui n’est pas compatible avec la parution d’un tel ouvrage » a-t-il déclaré au Point.

Ce trentenaire très secret, l’un des plus proches collaborateur d’Emmanuel Macron, son stratège en chef et sa boîte à idées, est le second membre de la garde rapprochée du président à quitter l’Elysée depuis le début de l’année.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Lire la suite sur www.leparisien.fr…