Ce que l'on sait sur le crash de l'avion russe en Égypte

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Selon Charles Lister, expert en mouvements djihadistes, affilié au centre Brookings à Doha, le missile anti-aérien le plus puissant dont dispose l’EI est ainsi un Manpads (pour Man-portable air-defense systems) igla SA-18, qui a une portée de 10 000 pieds maximum, soit beaucoup moins que l’altitude de l’avion russe.

Selon les propos du ministre de l’aviation égyptienne, rapportés par le premier ministre égyptien Chérif Ismaïl lors d’une conférence de presse samedi, la communication était continue entre le pilote et la tour de contrôle avant l’accident.

Le vol 9268 à destination de Saint-Pétersbourg avait décollé de Charm Al-Cheikh — station balnéaire de la mer Rouge et destination prisée des touristes russes — depuis vingt-trois minutes lorsque le contact a été perdu, indique le site du journal égyptien Al Ahram.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Les corps des victimes ont été retrouvés éparpillés sur un périmètre de 5 kilomètres, certains étaient calcinés, ont précisé ces responsables. 15 premiers cadavres auraient déjà été retirés des débris de l’avion russe, selon le gouvernement égyptien.

Bien que le nord du Sinaï soit un bastion de la branche égyptienne de l’organisation terroriste, qui a commis de nombreux attentats visant les forces de sécurité, la haute altitude à laquelle le contact a été perdu avec l’avion rend peu probable l’hypothèse selon laquelle il ait pu être touché par une roquette ou un missile, selon les experts.

L’avion, un Airbus A-321 de la compagnie russe Kogalymavia (également connue sous les noms de Kolavia et Metrojet), a décollé ce samedi à 5h51 du matin de l’aéroport égyptien de la station balnéaire de Charm-El-Cheikh.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Après le crash dans la matinée d’un Airbus A321 d’une compagnie charter russe reliant Charm el-Cheikh en Egypte à Saint-Pétersbourg en Russie avec 224 personnes à bord dans le Sinaï, Air France et Lufthansa ont décidé samedi de ne plus survoler cette zone, bastion de la branche égyptienne de l’organisation jihadiste Daech, qui a affirmé samedi sur Twitter être responsable du crash, une hypothèse loin d’être démontrée (lire encadré ci-dessous).

Un tel scénario nécessite une «grosse logistique» dont un camion-radar traqueur et des missiles longue portée, et les membres de l’EI «n’ont pas le matériel pour déglinguer un avion à 9. 000 mètres d’altitude», selon Gérard Feldzer, ancien directeur du musée de l’Air et de l’Espace. «Cela suppose des personnes entraînées et un équipement que l’EI n’a pas à ma connaissance», selon Jean-Paul Troadec, ancien directeur du Bureau d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile (BEA).

Les spécialistes en aéronautique se montraient sceptiques samedi face à la revendication de Daech d’avoir abattu l’avion russe dans le Sinaï, à l’est de l’Egypte, privilégiant d’autres hypothèses telles que la défaillance technique ou une bombe embarquée à bord.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Une boîte noire de l’appareil a été retrouvée et sera analysée, a indiqué le gouvernement.  Quelques heures après le crash, la branche égyptienne de l’EI, qui se fait appeler Province du Sinaï, a affirmé être à l’origine du crash, sans préciser comment. « Les soldats du Califat ont réussi à faire tomber un avion russe transportant plus de 220 croisés qui ont tous été tués », a affirmé le groupe extrémiste sur ses comptes Twitter habituels.

Les gouvernements français et allemands enverront de leur côté des enquêteurs de leurs bureaux chargés des investigations sur les accidents aériens, comme c’est la procédure pour tous les incidents impliquant un Airbus, les deux pays étant les principaux membres du consortium européen Airbus. « J’attends mes parents, je leur ai parlé au téléphone quand ils étaient déjà dans l’avion, et puis j’ai entendu les infos », se lamentait Ella Smirnova, une jeune femme russe de 25 ans en état de choc à l’aéroport Pulkovo de Saint-Pétersbourg.

Le groupe Etat islamique (EI) a affirmé avoir abattu l’Airbus.  Les jihadistes soutiennent avoir agi en représailles à l’intervention russe en Syrie mais le ministre russe des Transports, Maxime Sokolov, a jugé cette revendication inexacte, les Egyptiens « ne disposant d’aucune information qui confirmerait de telles insinuations ».

Lire la suite sur www.ouest-france.fr…

Les autorités de l’aviation civile ont perdu le contact avec l’appareil 23 minutes après son décollage de Charm el-Cheikh, d’après le ministère de l’aviation civile. « L’équipage devait entrer en communication avec Larnaca (Chypre) mais cela n’a pas été fait et l’avion a disparu des écrans radar », a indiqué dans des déclarations télévisées depuis Moscou, un responsable de l’agence fédérale russe de l’aviation, Rosaviatsia, Sergei Izvolsky.

Les débris de l’appareil ont été localisés par l’armée égyptienne en fin de matinée à al-Hassana, au beau milieu d’une zone montagneuse dans la province du Nord-Sinaï. « Il n’y a aucun survivant » parmi les 224 personnes à bord, ont annoncé à l’AFP des responsables des secours et des services de sécurité, précisant que les corps des victimes étaient éparpillés sur cinq kilomètres autour du lieu du crash.

Quelques heures après le drame, la branche égyptienne du groupe djihadiste Daesh a affirmé être à l’origine du crash. « Les soldats du Califat ont réussi à faire tomber un avion russe dans la province du Sinaï transportant plus de 220 croisés qui ont tous été tués », a affirmé le groupe extrémiste sur ses comptes Twitter habituels.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

On va voir quoi au ciné ce week-end ? le 31 octobre 2015 à 20h02 , mis à jour le 31 octobre 2015 à 20h10. [email protected]’) » href= »# » rel= »nofollow »>Crash en Egypte: l’avion a-t-il pu être abattu ? egypte , russie , avion , crash Moyen-orient "Par mesure de sécurité" les compagnies Air France et Lufthansa vont éviter la région du Sinaï.

Même prudence du côté de Lufthansa, qui a pris cette décision « par mesure de sécurité » en attendant que les causes du crash soient éclaircies, a précisé une porte-parole de la compagnie allemande au quotidien conservateur Die Welt.

Cette décision fait suite à un message de Daech postée sur Twitter dans lequel l'organisation affirme être à l'origine de l'accident.

Lire la suite sur lci.tf1.fr…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn