Catastrophe du barrage minier au Brésil : les habitants exposés à des maladies

Les habitants de la région du sud-est du Brésil engloutie par une coulée de boue après la rupture du barrage minier de Brumadinho sont exposés à des risques élevés de dengue, fièvre jaune, maladies infectieuses et troubles psychiques, a averti un spécialiste, près de deux semaines après la tragédie.

En se fondant sur les premières données recueillies sur place et sur l’expérience de catastrophes similaires, les chercheurs de la Fondation brésilienne Oswaldo Cruz (Fiocruz) ont publié un rapport sur les impacts sanitaires de cette tragédie qui a fait au moins 142 morts et 194 disparus, selon le dernier bilan officiel provisoire.

L’épidémiologiste Diego Xavier, un des auteurs de ce rapport, a expliqué à l’AFP quels sont les effets attendus à court, moyen et long terme.

Lire la suite sur actu.orange.fr…

Survenue fin janvier, la rupture du barrage de Brumadinho est d’ores et déjà considérée comme l’une des pires catastrophes environnementales que le Brésil ait connue.

Les tonnes de boues qui se sont déversées dans le fleuve Paraopeba l’ont contaminé durablement, et les villages indigènes qui dépendaient du cours d’eau se retrouvent aujourd’hui démunis.

Désormais, l’eau brunâtre qui s’écoule près du village indigène de Nao Xoha, fief de la tribu Pataxo situé à 22 kilomètres en aval du barrage, empeste le poisson mort.

Lire la suite sur dailygeekshow.com…

Abonnez-vous à notre chaîne sur YouTube : http://f24.my/youtube

En DIRECT – Suivez FRANCE 24 ici : http://f24.my/YTliveFR

Le barrage de la compagnie minière Vale à Brumadinho, dans le sud-est du Brésil, s’est rompu le 25 janvier, déversant un cataclysme de boue sur les habitants en contrebas.

Près de deux semaines après la catastrophe, le bilan ne cesse de s’alourdir, avec au moins 120 morts et 200 disparus.

Les Brésiliens sont inquiets : 790 barrages miniers jalonnent le pays et les ONG dénoncent des lacunes dans le contrôle de ces installations.

Lire la suite sur www.youtube.com…

Le bilan provisoire de la rupture d’un barrage minier à Brumadinho, dans le sud-est du Brésil, est passé aujourd’hui de 142 à 150 morts, et 182 personnes sont toujours portées disparues, ont annoncé les autorités.Au treizième jour de recherches, les pompiers ont précisé que 134 des 150 corps avaient été identifiés.

»

VOIR AUSSI – Brésil : les images choc de la rupture du barrage de Brumadinho

La majorité des morts et disparus travaillaient dans la mine Corrego do Feijao appartenant au groupe Vale, et beaucoup étaient en train de déjeuner dans la cantine d’entreprise, une des premières structures touchées par la boue.

Au-delà du bilan humain, l’ampleur des dégâts environnementaux reste incertaine, en raison de la contamination d’un cours d’eau local, la rivière Paraopeba, à présent teinté de marron.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

« Ces déchets sont principalement issus des roches broyées, ce sont des sables très fins saturés d’eau pouvant contenir des métaux lourds », décrit Christian Franck, ingénieur à la direction des risques sols et sous-sols à l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris).

©Ineris

Sur son site, la société Vale SA déjà impliquée en 2015 dans la rupture du barrage de Mariana à 100km de Brumadinho, explique que la structure avait été inspectée le 21 décembre 2018 et le 22 janvier 2019.

« Une augmentation du volume d’eau due par exemple à des pluies anormales ou exceptionnelles est la cause externe principale de ce type d’accident, explique Christian Franck.

Lire la suite sur www.sciencesetavenir.fr…