Cassandra Wilson fait revivre Lady Day

Le projet d’un disque autour de Billie Holiday est né il y a quelques années, lors de discussions avec le producteur Bruce Lundvall, ancien patron de Blue Note. « God Bless the Child était la chanson préférée de ma mère.

Billie Holiday a écrit cette chanson avec Arthur Herzog, Jr. et l’a enregistrée en 1944.

Un espace sonore à la fois aéré et dense dans lequel la voix de Cassandra Wilson, grave dans sa tessiture et son propos, se pose avec grâce.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Son récit raconte aussi la France du Général de Gaulle, « Les Tricheurs » de Marcel Carné et « Le Désordre et la Nuit » de Gilles Grangier ( dialogues de Michel Audiard avec Gabin), la petite colonie des Américains de Paris, les dîners chez Haynes, rue Manuel, les «laits de poule » au rhum, les Pernod cognac, et les whisky-lait, les « haricots rouges et riz » de la rue de Miromesnil préparés par la chanteuse Hazel Scott, les virées envapées avec le clarinettiste Mezz Mezzrow et le batteur Kansas Field.

Il brosse surtout un portrait émouvant des derniers feux lancés par celle qui voulait « vivre cent jours en un ». Warmly recommended… « Vivre cent jours en un » de Philippe Broussard, chez Stock, 230 pages, 19 euros.

Pour célébrer le centième anniversaire de la naissance de Billie, Broussard, chef du service enquêtes de l’Express et prix Albert Londres, a choisi de raconter un épisode méconnu qui s’est déroulé en 1958.

Lire la suite sur www.lesechos.fr…

Billie Holiday chante tout ça. Slow, vraiment slow. 15 berceuses à la beauté intemporelle, interprétées par les plus belles voix de l’âge d’or du jazz : Ella Fitzgerald, Billie Holiday, Sarah Vaughan, Nat King Cole, Chet Baker… Des standards incontournables, mais aussi des titres moins connus à découvrir, immortalisés par des voix chaudes et sensuelles, qui font de chaque chanson un moment d’une infinie douceur.

Billie Holiday, si elle n’est pas réellement un exemple dans sa vie privée, l’est assurément dans sa vie professionnelle, sa voix est immortelle et reste encore pour les nouvelles générations de chanteuses jazz et soul, une immense référence.

Plusieurs albums ressortent à l’occasion de ce centenaire, mais la littérature jeunesse n’est pas en reste pour faire découvrir l’artiste aux jeunes lecteurs qui, certainement, auront envie de se plonger dans la musique et la voix si particulière de cette sublime artiste. Baltimore, 1924.

Lire la suite sur jeunesse.actualitte.com…

Dans Billie Holiday, le roman d’une rebelle, Sebastian Danchin souligne qu’elle a chanté des mélos, mais en y faisant autant
place à la dignité qu’à la vulnérabilité.

« Fine
& Mellow », l’un des rares blues composé par Billie
Holiday.

Billie Holiday a toujours choisi cette dernière option.

Lire la suite sur www.franceinter.fr…