Cash Investigation se penche sur les dessous du luxe

Après s’être penchée sur l’habillement en remontant la filière du coton et ses labels parfois flous voire trompeurs, Cash Investigation s’infiltre dans l’industrie du luxe.

L’émission de France 2 présentée par Elise Lucet – diffusée ce mardi 9 octobre à 21 heures – y consacre un numéro en trois volets et autant de thématiques potentiellement polémiques.L’équipe du magazine d’investigation s’est ainsi intéressée à plusieurs zones d’ombre liées à l’approvisionnement des maisons de luxe, se concentrant sur le cuir et la fourrure.

Pour le premier, c’est la question de la sous-traitance dans la maroquinerie italienne qui est mise en cause, via une enquête sur les conditions de travail des employés remontant jusqu’au poids du lobby du cuir à Bruxelles.Pour la fourrure, la journaliste Zoé de Bussierre est partie enquêter dans les fermes chinoises d’élevage d’animaux afin de mettre à jour leurs pratiques.Enfin, Cash Investigation a également exploré une autre facette de l’industrie du luxe en se penchant sur les révélations concernant la défiscalisation des grands groupes de luxe avec pour point de départ l’affaire judiciaire en cours en Italie visant le groupe Kering.

Lire la suite sur fr.fashionnetwork.com…

Les lapins dont la fourrure est notamment destinée au secteur du luxe sont élevés en Chine dans des conditions abominables.

Une réalité bien éloignée du glamour vendu par les marques de luxe… Extrait de « Luxe, les dessous chocs », une enquête de Zoé de Bussierre diffusée mardi 9 octobre à 21 heures sur France 2.

Lire la suite sur actu.orange.fr…

Ces marques, comme LVMH, utilisent un « code de conduite » : « interdiction des heures supplémentaires excessives« , « interdiction du travail illégal et non déclaré« , « obligation de fournir aux travailleurs un environnement sein afin d’éviter les accidents« .

Alfonso Guerra, gérant de Termoplak, aime les travailleurs étrangers, surtout les sénégalais: ils ont « le plus faim« , ils veulent « travailler« , ne « boivent pas« , ne « fument pas« , quoique « le seul souci qu’on a avec eux c’est pendant le ramadan, parce qu’ils restent un mois sans manger alors parfois ils sont un peu… » Ils s’évanouissent ou se font tabasser par le gérant et l’un de ses fils  lorsqu’ils ont le malheur de réclamer leur paie, comme Tchek et Fodé.

Les étrangers sont deux fois plus touchés par les accidents du travail que les Italiens et ils ne sont pas protégés.

Lire la suite sur vl-media.fr…