Bruno Retailleau est l'invité de RTL

Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat considère que ce « transfèrement c’est une bonne chose.

« Il ne faut pas berner les Français non plus.

Il ne faut pas berner les Français tout simplement parce que qu’on sait très bien qu’aujourd’hui le chômage fait du yo-yo », a déclaré le président de l’opposition au Sénat.

Lire la suite sur www.rtl.fr…

Invité de l’émission « Questions d’info » sur LCP, en partenariat avec Le Monde, France Info et l’AFP, M. Retailleau a expliqué ne pas regretter que la déchéance de la nationalité pour les auteurs d’actes terroristes n’ait pas été votée par le Parlement : « Un apatride ne peut pas être expulsé, vous le gardez sur le territoire », a-t-il fait valoir en ajoutant : « Il faut le punir, c’est tout.

Commentant le recul du chômage en mars, il a aussi admis que c’était « une bonne nouvelle », mais en ajoutant aussitôt : « Une hirondelle ne fait pas le printemps.

Alors que le président de la République fait valoir que le pays « va mieux », Bruno Retailleau plaide le contraire : « La France va moins bien aujourd’hui qu’en 2012.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

« Ils ne doivent pas travailler beaucoup le jour pour effectivement veiller la nuit, c’est clair », a-t-il déclaré lors de l’émission « Questions d’info » LCP-France Info-Le Monde-AFP.

Le président du Conseil régional des Pays-de-la-Loire « ne dirait pas », comme Nicolas Sarkozy, que « ces gens-là n’ont rien dans le cerveau » mais, à ses yeux « c’est un mouvement crépusculaire, au double sens du terme » et « un mouvement groupusculaire, au sens d’une radicalisation » et « d’une forme de violence ».

A Nantes, « il y a cette jonction », a-t-il insisté, en dénonçant à nouveau une « zone de non-droit » sur les lieux où la construction d’un nouvel aéroport est en projet.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Le président du groupe Les Républicains au Sénat a jugé mercredi que les militants « ne doivent pas travailler beaucoup le jour pour effectivement veiller la nuit ».

De là à dire que ce sont des fainéants, il y a tout petit pas que Bruno Retailleau n’a tout de même pas osé franchir.

Invité de l’émission « Questions d’info » LCP-France Info-Le Monde-AFP, le président du Conseil régional des Pays-de-la-Loire assure néanmoins qu’il « ne dirait pas », comme Nicolas Sarkozy, que « ces gens-là n’ont rien dans le cerveau ».

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Bruno Retailleau dénigre les participants
Nantes

Modifié le
27/04/2016 à 18:37
| Publié le
27/04/2016 à 18:30
Bruno Retailleau fait des liens entre « Nuit Debout », « radicalisation, « violence » et « Zad ».

| Franck Dubray
Christophe Jaunet/Ouest-France
Bruno Retailleau, président de la région Pays de la Loire, considère que les participants à Nuit Debout « ne doivent pas travailler beaucoup le jour pour veiller la nuit ».

Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat et président de la région Pays de la Loire, était l’invité, ce mercredi, de l’émission Questions d’info LCP, France Info, Le Monde, AFP.À propos des participants au mouvement Nuit Debout, « je pense qu’ils ne doivent pas travailler beaucoup le jour pour veiller la nuit », a déclaré Bruno Retailleau.

Lire la suite sur www.ouest-france.fr…

« Je pense qu’ils ne doivent pas travailler beaucoup le jour pour veiller la nuit », a déclaré ce mercredi le président du groupe Les Républicains au Sénat, Bruno Retailleau, à propos des participants au mouvement Nuit Debout.

« C’est à la fois un mouvement crépusculaire, au double-sens du terme, et c’est un mouvement groupusculaire, au sens d’une radicalisation et d’une forme de violence », s’est-il inquiété lors de l’émission Questions d’info sur LCP, en partenariat avec France Info, Le Monde et l’AFP.

Selon Bruno Retailleau, qui préside également le conseil régional des Pays-de-la-Loire, « il y a une convergence » entre Nuit Debout et « les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ».

Lire la suite sur www.franceinfo.fr…