Brexit : vers des contrôles administratifs entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord ?

Lire aussi :   Brexit : la Commission prépare activement les Etats membres à un « no deal »

Au cours d’un discours devant des représentants des entreprises de l’Union européenne (UE) à Bruxelles, le Français a déclaré que des contrôles administratifs devront être mis en place entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord afin d’éviter le retour d’une frontière entre Belfast et Dublin.

« L’UE et le Royaume-Uni excluent tous deux l’existence d’une frontière physique avec l’île d’Irlande, de sorte que ce qui arrivera en Irlande du Nord arrivera également dans le marché unique européen.

Un des partisans du Brexit, l’ancien chef de la diplomatie Boris Johnson, s’est aussitôt saisi des propos de M. Barnier pour accuser la première ministre britannique, Theresa May, de négocier un accord qui va faire du Royaume-Uni « une colonie de l’Union européenne ».

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Alors que l’Irlande du Nord, territoire du Royaume-Uni, va quitter l’Union européenne, les négociateurs doivent trouver un moyen d’empêcher la réapparition d’une frontière dure entre le Nord et le Sud de l’île.

La discussion concerne le « backstop », ce mécanisme de dernier recours qui, si la relation future entre Londres et l’UE complique les échanges de marchandises dans la Manche, devra préserver un trafic fluide entre le Nord et le Sud de l’île.

Contrôles vétérinaires
Dans une  intervention devant les milieux d’affaires européens , Michel Barnier a précisé, mercredi, sa proposition reposant sur l’octroi à l’Irlande du Nord d’un statut hybride, largement aligné sur le sud.

Lire la suite sur www.lesechos.fr…

Le différend sur l’Irlande du Nord est en passe de faire échouer les très complexes négociations du divorce réclamé par le Royaume-Uni et l’Union européenne doit se préparer à une douloureuse séparation, a averti aujourd’hui le négociateur européen Michel Barnier.

Dans une semaine, les dirigeants de l’UE vont se retrouver à Bruxelles pour un sommet qualifié de « moment de vérité » pour le Brexit et aucun accord n’a pour l’instant été trouvé entre Londres et ses partenaires sur le moyen de faire contrôler par les douanes de l’UE les biens transitant par la province britannique d’Irlande du Nord.

Or le divorce va imposer des contrôles administratifs entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord, car ce qui viendra du Royaume-Uni en Irlande du Nord arrivera également sur le marché unique européen par l’Irlande, a-t-il affirmé.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…