Brexit : Theresa May présente officiellement son plan à Bruxelles

Theresa May a néanmoins déclaré que les propositions « répondent au vote du peuple britannique ».

Il y a 5 jours, Theresa May proposait déjà son projet de « zone de libre-échange pour les biens », qui doit permettre, via l’instauration d’un « arrangement douanier simplifié », d’« éviter une frontière dure entre l’Irlande du nord et la République d’Irlande », une ligne rouge partagée par Londres et Bruxelles.

Le gouvernement de Theresa May a cependant reconnu que cette mesure priverait les services financiers du « passeport financier ».

Lire la suite sur www.la-croix.com…

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur
votre site internet.

Nous vous demandons de suivre ces
Règles de base

Le Partenaire s’engage à ne pas porter atteinte au droit
moral des journalistes.

A ce titre, le Contenu devra être
reproduit et représenté par le Partenaire tel qu’il a été mis à
disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts,
incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Lire la suite sur www.rfi.fr…

Donald Trump est arrivé jeudi au Royaume-Uni où l’attendent de nombreuses manifestations, et a déjà mis les pieds dans le plat en critiquant Theresa May au sujet du Brexit.

Les propositions du gouvernement « répondent au vote des Britanniques », a répliqué Theresa May un peu plus tard.

La visite du président américain va porter en particulier sur les liens commerciaux avec Londres, qui souhaite ardemment signer un accord de libre-échange avec Washington après le Brexit prévu fin mars 2019.

Lire la suite sur www.europe1.fr…

À la veille d’une nouvelle semaine de négociations sur le Brexit, les équipes de Michel Barnier épluchent les quelques propositions présentées par Theresa May, le 6 juillet, précisées dans un Livre blanc, jetant les bases d’un nouveau partenariat entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

De son côté, le groupe parlementaire de pilotage du Brexit au Parlement européen, présidé par Guy Verhofstadt (libéral), a fait savoir dans un communiqué qu’il accueillait avec satisfaction les premiers éléments britanniques dans la mesure où ils prendraient la forme d’un accord d’association avec un État tiers selon l’article 217 du Traité de l’Union.

L’Europe à la carte, c’est la mort du marché unique

Ce faisant, Theresa May propose tout simplement de briser l’unité du marché unique en séparant les biens des services.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Le Royaume-Uni accepte la fin du « passeport financier », qui permet aux sociétés de proposer leurs services sans entrave dans l’UE depuis le Royaume-Uni.

Le gouvernement aspire toutefois à un dispositif permettant aux citoyens britanniques et de l’UE de « continuer à voyager dans les territoires des uns et des autres », d’y faire des études ou de travailler.

– Droits de douane et frontières

Londres propose également un « accord douanier simplifié »: le Royaume-Uni collecterait les droits de douanes sur les biens entrant sur son territoire à destination de l’UE, et appliquerait ses propres taxes sur ses importations en provenance de pays tiers.

Lire la suite sur lexpansion.lexpress.fr…