Bertrand Cantat renonce à ses concerts dans les festivals, pas à sa tournée

Dans une déclaration transmise à l’AFP ce lundi en fin d’après-midi, le chanteur a expliqué qu’il annulait sa participation aux festivals de musique à l’affiche desquels il était encore inscrit.

LIRE AUSSI – Tournée de Bertrand Cantat: son concert déprogrammé à l’Ardèche Aluna Festival

La sortie de son premier album solo, Amor Fati, le 1er décembre, avait déjà été assombrie par de nouvelles accusations de comportement violent.

Depuis, des collectifs féministes sont montés au créneau afin de manifester leur désapprobation un peu partout en France contre la tournée du chanteur: rassemblement silencieux et pacifique, projection du film Jusqu’à la garde en hommage à Marie Trintignant et à «toutes les autres femmes victimes de violences».

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Bertrand Cantat a entamé
une nouvelle tournée début mars à La Rochelle pour défendre son nouvel album solo « Amor Fati ».

Revenu sur le devant de la scène le 1er décembre pour la sortie de son premier album solo « Amor Fati », Cantat a depuis vu les polémiques se succéder, à commencer par celle suscitée par
la Une des Inrocks auxquels il accordait une interview.

Deux d’entre-eux ont donc déprogrammé Bertrand Cantat :
« Les Escales » à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) dont le maire PS, David Samzun, avait exprimé sa « désapprobation » dans une lettre aux organisateurs, et
l’Ardèche Luna Festival en raison de « manifestations et désistements de certains festivaliers et mécènes ».

Lire la suite sur culturebox.francetvinfo.fr…

Alors que Bertrand Cantat remonte sur scène, la mère de Marie Trintignant a exprimé son incompréhension dans un entretien accordé à Léa Salamé dans l’émission Stupéfiant !

#Stupéfiant : 15 ans après la mort de Marie Trintignant, Bertrand Cantat​ remonte sur scène.

pic.twitter.com/X7hEupJgC0— Bangumi (@Bangumiprod) 12 mars 2018

Bertrand Cantat avait été condamné en 2004 à huit ans de prison pour avoir tué sa compagne, Marie Trintignant.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…