Benoit Magimel face à ses problèmes de drogue : un enfant qui est « devenu star trop tôt »

En confiant le rôle prin­ci­pal de son nouveau film, Carbone, à Benoît Magi­mel, Olivier Marchal a démon­tré la confiance qu’il accorde au comé­dien de 42 ans.

Il y a encore deux semaines, le cinéaste clamait haut et fort dans les colonnes du quoti­dien régio­nal Sud-Ouest que son ami était « le meilleur acteur de sa géné­ra­tion ».

Aujourd’hui, il revient sur le parcours de Benoît Magi­mel avec le Pari­sien.

Lire la suite sur www.gala.fr…

Au début, je doutais un peu, car c’était encore un film de voyous, mais j’ai fait du personnage de Benoît Magimel un chef d’entreprise qui perd sa boîte, et ce, pour légitimer son escroquerie -ce qui, dans la réalité, est faux.

Je voulais faire un film sur la nuit aussi, plus sexy, plus glamour, moins dark, moins violent -même s’il l’est quand même par moments.

Mais quand je lis, dans Les Inrocks par exemple, à propos de MR73, que la seule bonne nouvelle du film, c’est qu’Olivier Marchal ne se ballade pas dans les rues de Paris avec son flingue, c’est de l’agression pure et simple.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Lire la suite sur culturebox.francetvinfo.fr…

VIDÉOS – L’interprète de Fatal a confié que «pendant le tournage» de Carbone, le dernier film d’Olivier Marchal en salle ce mercredi, l’acteur de 43 ans «n’était pas super bien».

Le problème de Benoît c’est que je suis parvenu à trouver les limites pour ne pas basculer vers une attitude suicidaire et destructrice.

Le réalisateur des Lyonnais semble privilégier une forme de bienveillance à l’égard de son comédien: «Benoît n’écrit pas, il est juste acteur, a commencé à treize ans.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Placé en garde à vue, Benoît Magi­mel avait avoué qu’il était bien en train d’ache­ter de la drogue à son contact.

À l’affiche de Carbone, le nouveau film d’Olivier Marchal, Benoît Magi­mel n’en assure cepen­dant pas la promo­tion.

Inter­viewé par Le Pari­sien, Olivier Marchal a encore une fois donné des nouvelles rassu­rantes de Benoît Magi­mel.

Lire la suite sur www.voici.fr…

Inspiré de l’arnaque à la TVA carbone, le film d’Olivier Marchal ethnicise de manière problématique le propos.

Le paradoxe est qu’il ne parvient guère à en faire profiter ses films pour la simple raison que ceux-ci semblent davantage influencés par l’imaginaire bigger than life du cinéma américain que par le travail qui fut le sien.

Car à la noirceur toujours trop ostentatoire des films d’Olivier Marchal (le vice est partout) s’ajoute, ici, quand bien même le sujet y obligerait, une ethnicisation du propos qui le met sur une pente glissante.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

L’acteur de 43 ans ne participe plus à la promotion du film en raison de ses problèmes avec la justice : mi-septembre, il était condamné à trois mois de prison avec sursis, accompagnés d’une mise à l’épreuve de dix-huit mois et d’une obligation de soins.

Olivier Marchal défend son film dans la presse mais aussi son acteur principal dont il donne des nouvelles plutôt rassurantes.

Dans Le Parisien, ce mercredi, il dit avoir conscience que l’embaucher, c’était prendre un risque : « Je préfère prendre un risque avec lui que de prendre une tanche avec un regard de veau et rien dans le bide ! »

Lire la suite sur www.purepeople.com…