Bataille de Mossoul: «La participation de la France est un geste politiquement fort, mais militairement symbolique»

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Des avions de combat ont décollé vendredi du porte-avions français Charles de Gaulle pour des opérations contre le groupe Etat islamique en vue de la bataille pour la reprise de Mossoul, bastion des djihadistes en Irak.

Il s’agit du troisième engagement du Charles de Gaule au sein de la coalition internationale anti-EI dirigée par les Etats-Unis depuis février 2015.

L’apport du Charles de Gaule triple la capacité de frappes aériennes françaises dans la région, où 12 Rafale sont déjà stationnés en Jordanie et aux Emirats arabes unis.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Depuis janvier, la coalition internationale a concentré ses efforts militaires sur les « centres de pouvoir » de l’EI : Raqqa en Syrie et Mossoul en Irak, capitales auto-proclamées du groupe djihadiste.

En Irak, reprendre Mossoul, la plus grande ville sunnite du pays, a toujours été considéré comme une priorité.

Ils « ont passé au bulldozer, fait exploser et réduit en cendres des milliers de logements dans le but semble-t-il de déraciner les populations arabes, en représailles contre leur soutien supposé », à l’EI, selon l’enquête d’Amnesty qui a insisté :
Pour éviter les abus, il est question que les forces kurdes et chiites n’entrent pas dans la ville.

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

La France a ainsi annoncé vendredi 30 septembre l’envoi de huit avions de combat Rafale depuis le porte-avions Charles-de-Gaulle.

franceinfo : Que change l’utilisation du porte-avions Charles-de-Gaulle pour la coalition ?

Mais on ne pourra le faire que pendant un mois, car le porte-avions Charles-de-Gaulle doit rentrer en France fin octobre.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

Le début des opérations vendredi du porte-avions français Charles de Gaulle en Méditerranée orientale ajoute une pierre à l’édifice international qui se construit en préparation de la bataille de Mossoul, dernière place forte du groupe Etat islamique (EI) en Irak.

A la faveur d’une offensive fulgurante en 2014, l’EI s’est emparé de plusieurs pans du territoire irakien au nord et à l’ouest de Bagdad et a fait de Mossoul, la deuxième ville d’Irak, son principal bastion.

Il s’agit du troisième engagement du Charles de Gaulle au sein de la coalition internationale anti-EI dirigée par les Etats-Unis depuis février 2015.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Vendredi matin, des avions de combat ont décollé du porte-avions Charles-de-Gaulle pour mener des opérations contre les forces de l’État islamique qui contrôlent la ville depuis juin 2014.

Huit avions de chasse Rafale (*) ont quitté avant 7 heures le navire déployé depuis quelques jours en Méditerranée orientale avec son groupe aéronaval (GAN).

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Il s’agit d’aller frapper au cœur de l’État islamique et d’appuyer les forces au sol qui sont engagées dans la reconquête de la ville de Mossoul (Irak). »

« Le Charles-de-Gaulle sera à Mossoul pendant un mois environ, mais il y a également une batterie de l’artillerie française, qui est sur place, actuellement à 60 kilomètres au sud de Mossoul, avec quatre gros canons de 155 millimètres. »

Pour cet ancien colonel des troupes d’infanterie, reprendre Mossoul est important parce que « c’est la deuxième ville d’Irak, capitale économique de l’État islamique.

Lire la suite sur www.rtl.fr…

Lire la suite sur videos.leparisien.fr…

Reuters content is the intellectual property of Thomson Reuters or its third party content providers.

Any copying, republication or redistribution of Reuters content, including by framing or similar means, is expressly prohibited without the prior written consent of Thomson Reuters.

Thomson Reuters shall not be liable for any errors or delays in content, or for any actions taken in reliance thereon.

Lire la suite sur www.boursorama.com…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn