Barbarin, Maduro, Nemmouche… ce qui vous attend ce jeudi

Le procès du cardinal Philippe Barbarin et de cinq anciens membres du diocèse de Lyon, jugées pour ne pas avoir dénoncé les agressions sexuelles d’un prêtre, se poursuit à Lyon.

Après 2014, la procureure a maintenu en revanche que les mis en cause ayant été informés par une victime en mesure de porter plainte, on ne pouvait rien leur reprocher, n’ayant rien fait par ailleurs pour entraver la justice.

VENEZUELA – Début du deuxième mandat de Maduro, très contesté Le président Nicolas Maduro, 56 ans, entamera ce jeudi un deuxième mandat de six ans au Venezuela, avec un soupçon d’illégitimité qui laisse présager un plus grand isolement international, dans un pays en proie à la pire crise économique de son histoire récente.

Lire la suite sur www.leprogres.fr…

Quatrième et dernier jour, jeudi 10 janvier, au procès du cardinal Philippe Barbarin et de cinq anciens membres du diocèse de Lyon, jugées pour ne pas avoir dénoncé les agressions sexuelles d’un prêtre.

•  Aucune condamnation requise.

La procureure adjointe Charlotte Trabut n’a requis mercredi aucune condamnation au procès du cardinal Philippe Barbarin et de cinq anciens membres du diocèse de Lyon.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

« La douleur n’est pas le droit »: l’avocat du cardinal Barbarin, jugé avec cinq anciens membres du diocèse de Lyon pour ne pas avoir dénoncé un prêtre pédophile, a plaidé jeudi que la souffrance des victimes ne faisait pas de l’archevêque un coupable.

Qualifiant de « bouleversants » les témoignages des anciens scouts sur les abus du père Bernard Preynat devant le tribunal correctionnel de Lyon, Me Jean-Félix Luciani a affirmé qu’ils ne justifiaient pas, à eux-seuls, les poursuites.

Parce qu’un prêtre a été un prêtre dévoyé à un moment, est-ce que pour autant ils en sont responsables à titre individuel ? »

Lire la suite sur actu.orange.fr…

Dans cette procédure particulière de la citation directe, les débats se jouent à l’audience entre d’un côté, les neuf parties civiles et, de l’autre, les six prévenus poursuivis pour « non-dénonciation d’agressions sexuelles de mineurs de quinze ans » et, pour certains d’entre eux, « omission de porter secours à personne en péril ».

En prenant la parole, mercredi, la procureure savait cependant, face aux attentes soulevées par ce procès et l’enjeu des questions qu’il pose, qu’il lui serait nécessaire d’expliquer et la position initiale du parquet et son abstention à l’audience.

La première, « l’omission de porter secours à personne en péril », qui ne vise que certains prévenus, dont le cardinal Philippe Barbarin, a été écartée au motif que ce « péril » doit être à la fois « imminent et constant ».

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Quelle que soit l’issue du procès, les accusateurs du cardinal Barbarin et de cinq ex-membres du diocèse de Lyon espèrent avoir ouvert « une nouvelle ère ».

A la barre, les témoignages de ces anciens scouts de la paroisse Saint-Luc, près de Lyon, que le père Bernard Preynat a reconnu avoir agressés sexuellement avant 1991, ont été poignants.

Cette semaine à Lyon, six autres personnes, dont Philippe Barbarin, l’étaient pour ne pas l’avoir dénoncé à la justice quand ils ont été prévenus de ses agissements.

Lire la suite sur fr.news.yahoo.com…