Avant-PremièreParis : un deuxième projet de centre pour migrants dans le XVIe arrondissement

Alors que la décision d’Anne Hidalgo de construire un centre d’hébergement d’urgence pour migrants et sans-abri sur le site classé du bois de Boulogne, dans le XVIe arrondissement de Paris, soulève toujours une vive polémique chez les riverains, l’ombre d’un deuxième centre plane sur ce quartier cossu et résidentiel.

L’adjoint entend surtout, par l’usuel jeu des petits pièges politiques, prendre au mot le maire du XVIe qui, depuis des semaines, défend l’esprit «solidaire» de son arrondissement en proposant quatre autres sites d’hébergement comme alternative à celui prévu dans le bois de Boulogne «protégé, classé et non constructible». «Puisqu’il propose d’accueillir des migrants, sautons sur l’occasion! », ironise l’entourage de Ian Brossat.

Ian Brossat, adjoint (PCF) à la maire de Paris, chargé du logement et de l’hébergement, qui dénonce «l’égoïsme social» de Claude Goasguen et ne voit pas «au nom de quoi, le XVIe arrondissement se déroberait à cette exigence de solidarité? », s’est également dit partisan de ce deuxième centre d’hébergement.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Paris : après celui pour les sans-abri, bientôt un camp de migrants dans le XVIe ? lyceen-[email protected]html’) » href= »# » rel= »nofollow »>Lycéen frappé par un policier à Paris : l’auteur présumé du coup en garde à vuemairie , paris , bois Notre société ECLAIRAGE – Deux semaines après la polémique autour de l'ouverture prévue cet été d'un centre d'accueil pour sans-abri dans le XVIe arrondissement de Paris, une autre proposition pourrait attiser la grogne des riverains.

Samuel Lambrozo lance tout de même une pique sous forme d’avertissement à la mairie de Paris : « Un espace vert tel que le bois de Boulogne est fait pour rester un espace vert », explique-t-il en référence au centre d’hébergement des sans-abri qui s’installera bientôt dans le bois.

Quelques jours seulement après la polémique déclenchée par la future installation d’un centre d’hébergement pour sans-abri dans le bois de Boulogne, une nouvelle proposition a été adoptée mardi au Conseil de Paris.

Lire la suite sur lci.tf1.fr…

Le député-maire du XVIe arrondissement de Paris Claude Goasguen (LR), fer de lance de l’opposition à un futur centre pour sans-abris dans son secteur, s’est déclaré jeudi « prêt à discuter » d’un centre pour migrants voté mardi en Conseil de Paris sous forme de « v? u » non contraignant. « On nous annonce qu? il y aurait un futur camp de migrants dans le XVIe arrondissement, comme si cela avait été décidé », a indiqué le député-maire dans un communiqué. « Il s? agit en réalité d? un v? u voté par la gauche du Conseil de Paris, qui n? est qu? un v? u sans effet de droit positif immédiat », ajoute-t-il.

Cette pétition répondait à une autre lancée contre un « Sangatte au Bois de Boulogne », signée par au moins 40. 000 signataires, selon le cabinet du député-maire LR, qui a « arrêté de compter ». Un v? u — non contraignant — présenté par le groupe écologiste a été adopté mardi par le Conseil de Paris qui demande que le XVIe soit « solidaire » de la mobilisation en faveur des migrants, « en accueillant un centre d? hébergement dédié aux migrants », sans autres précisions.

« Sans doute (la maire PS de Paris Anne Hidalgo) espère-t-elle par une deuxième polémique faire oublier l? illégalité de la création du centre d? hébergement dans le Bois de Boulogne, qui est en instance devant le tribunal administratif, ce qui l? agace », ajoute le communiqué. « La solidarité n? implique pas la soumission au diktat », selon M.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Claude Goasguen joue en effet l’apaisement dans les colonnes du Parisien. « Je n’ai rien contre un camp de migrants dans le 16e à condition qu’il ne soit pas créé dans le bois de Boulogne et qu’il soit de petite taille.  » Selon Ian Brossat, le député-maire du 16e aurait même déjà proposé une liste de lieux dans son arrondissement qui pourraient accueillir ce centre de migrants.

Mardi soir, au conseil de Paris, Ian Brossat, adjoint en charge du logement, a annoncé plancher sur la possibilité d'ouvrir un centre d'hébergement pour migrants dans le 16e arrondissement – A. « J’ai vu que Ian Brossat voulait aller à l’affrontement.

Mardi soir, Ian Brossat a en effet indiqué que l’exécutif parisien étudiait, sur proposition des écologistes parisiens, la création d’un centre d’hébergement pour accueillir des réfugiés cette fois-ci.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Claude Goasguen, le député-maire LR du 16ème arrondissement, fortement opposé depuis des mois contre ce qu’il surnomme un « Sangatte du Bois de Boulogne », a calmement assuré que « le problème de ce centre d’hébergement n’est pas sur le centre d’hébergement ».  Le problème est que « nous refusons de le construire dans ce que nous considérons, avec la loi, comme un territoire inconstructible », a ajouté l’élu, avant de conclure : « C’est ça et ce n’est rien que ça ».  Il a assuré que les « vociférations » entendues de la part des opposants lors de la réunion houleuse d’il y a quinze jours étaient « inadmissibles ».

Le projet de futur centre pour sans-abris du 16ème arrondissement de Paris, en bordure du bois de Boulogne, rendu fameux par une réunion houleuse en mars, avance : le conseil de Paris a en effet voté mardi la garantie d’un prêt pour l’ouvrir.

La majorité municipale a voté la garantie de la Ville pour le prêt de 4 millions d’euros nécessaires à l’association Aurore, qui gérera ce centre, pour monter le projet.  Ce vote, technique, a été l’occasion pour le conseil de Paris de reprendre le débat sur l’ouverture à l’été de ce centre qui accueillera 200 sans-abris dont 100 personnes en famille.

Lire la suite sur www.europe1.fr…

Les administrés de monsieur Goasguen ont maintenant une preuve tangible de ce que nous dénoncions déjà dans les milliers d’exemplaires de notre « lettre aux habitants », distribuée depuis deux semaines : qu’ils ne comptent pas sur la soit disant droite pour les protéger du fléau migratoire… Dans le XVIe arrondissement comme à Bruxelles, l’ex-UMP accompagne volontiers la submersion migratoire de la France.

Après le centre d’hébergement pour SDF, dont l’élue EELV Anne Souyris avouait récemment qu’il servirait naturellement à héberger des clandestins, c’est donc un deuxième centre qui s’apprête à ouvrir dans un XVIe arrondissement victime de la lutte des classes de substitution de la gauche parisienne.

Ce ne sont pas là les paroles d’un des nombreux élus de gauche œuvrant quotidiennement à la destruction du vivre en paix à Paris, mais bien celles, exactes, du très UMP Claude Goasguen, maire de l’arrondissement.

Lire la suite sur www.frontnational.com…