Audin: Macron et la «responsabilité de l’Etat» dans la torture en Algérie

Emmanuel Macron a décidé de reconnaître «la responsabilité de l’Etat dans la disparation» du mathématicien communiste militant de l’indépendance de l’Algérie, Maurice Audin, torturé par l’armée française et disparu sans laisser de traces en 1957.

«La relance de cette affaire, qui place l’Etat français sur le banc des accusés, a été faite à la faveur d’un témoignage d’un ancien appelé Jacques Jubier, qui pense avoir  »enterré » la dépouille de Maurice Audin, du temps où il servait en Algérie», indiquait en février 2018 le quotidien algérien TSA .

Ils doivent s’en débarrasser.Le quotidien Liberté  avait, fin janvier, évoqué l’information selon laquelle «l’Etat français a fait un “petit pas” vers la reconnaissance de la vérité sur l’assassinat de Maurice Audin, lorsque le président Emmanuel Macron a déclaré que c’est l’armée qui l’avait assassiné en 1957», citant l’historien français Gilles Manceron.

Lire la suite sur geopolis.francetvinfo.fr…

Cédric Villani : « La France a enfin reconnu sa responsabilité » dans la mort du mathématicien Maurice Audin 10h20 , le 13 septembre 2018, modifié à 12h20 , le 13 septembre 2018

TRIBUNE – Le mathématicien et député En Marche Cédric Villani se réjouit de la très prochaine reconnaissance par Emmanuel Macron de la responsabilité de l’Etat dans la disparition du mathématicien communiste militant de l’indépendance de l’Algérie Maurice Audin.

le parlementaire se réjouit de la très prochaine reconnaissance par Emmanuel Macron de la responsabilité de l’Etat dans la disparition du mathématicien communiste militant de l’indépendance de l’Algérie Maurice Audin : « Emmanuel Macron va l’annoncer solennellement jeudi après-midi dans une visite cet après-midi à la famille : la France reconnaît sa responsabilité dans la disparition de Maurice Audin.

Fondé par Laurent Schwartz, tombé en désuétude du fait de son mélange des genres entre science et politique, il fut ressuscité par le mathématicien Gérard Tronel, humaniste infatigable, contestataire au service de toutes les nobles causes jusqu’à sa mort.

Lire la suite sur www.lejdd.fr…

Le chef de l’Etat va se rendre jeudi midi au domicile de la veuve de Maurice Audin, a-t-il précisé sur France Inter, en saluant un « moment historique ».

« Il va reconnaître que la vérité est que Maurice Audin faisait partie de tous ceux qui ont été victimes d’un système », a ajouté le mathématicien, proche de la famille de Maurice Audin, arrêté le 11 juin 1957 pendant la bataille d’Alger.

Faisant un parallèle avec le discours du Vélodrome d’hiver de Jacques Chirac en 1995, M. Villani estime que « la Nation, peut-être après un temps qui était nécessaire pour qu’on ose regarder les choses en face, se dit que c’est le moment, pour avancer vers le futur, de voir la vérité, de reconnaître le rôle que l’Etat a eu en laissant l’armée agir sans contrôle sur bien des actions ».

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Militant anticolonialiste, il est arrêté à son domicile par des parachutistes français du Général Massu, chez lui, dans le quartier du Champ-de-Manœuvres, devant sa femme, Josette et ses trois enfants car on le soupçonne d’héberger des membres de la cellule armée du PC algérien.

D’après le témoignage d’Henri Alleg, alors directeur de journal et contributeur de Humanité, arrêté le lendemain par les militaires français, Maurice Audin a été torturé dans une villa du quartier d’El-Biar.

L’affaire est relancée le 14 février dernier, jour de l’anniversaire de Maurice Audin, deux députés, le communiste Sébastien Jumel et celui de la majorité Cédric Villani, également président du jury du prix des mathématiques Maurice-Audin et membre du groupe parlementaire d’amitié France-Algérie, demandent que toute  la vérité soit faite sur les conditions de la mort de Maurice Audin et en appellent à « une parole forte au plus haut niveau de l’État ».

Lire la suite sur www.franceinter.fr…

Le président français Emmanuel Macron va « reconnaître la responsabilité de l’Etat dans la disparition » à Alger en 1957 de Maurice Audin, un militant communiste français engagé en faveur de l’indépendance algérienne, a déclaré aujourd’hui un député de la majorité.

Le chef de l’Etat doit se rendre jeudi midi au domicile de la veuve de Maurice Audin, a déclaré le mathématicien Cédric Villani, député de la majorité et militant actif sur le dossier, en saluant sur la radio France Inter un « moment historique ».

« Il va reconnaître que la vérité est que Maurice Audin faisait partie de tous ceux qui ont été victimes d’un système », a ajouté M. Villani, proche de la famille de Maurice Audin, arrêté le 11 juin 1957 pendant la bataille d’Alger, alors que l’Algérie était française et que la guerre ayant conduit à son indépendance et ses conséquences est un pan très sensible de l’Histoire de France.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…