Au Tchad, onze morts dans une explosion imputée à Boko Haram

Par ailleurs, commencent déjà à circuler dans certains milieux des rumeurs faisant douter de la thèse des attentats imputés à Boko Haram pour privilégier soit celle de tentatives de coup d’Etat ; soit celle d’une mise en scène du pouvoir pour lui permettre de régler «certains comptes» au sein de ses premiers cercles et justifier ainsi sa doctrine de «moi ou le chaos» dans l’optique des élections présidentielles de 2016.

Ce lundi matin, les éléments de services de sécurité, poursuivant leurs investigations, se rendent alors dans une cache attribuée à Boko Haram pour procéder à l’arrestation d’un homme qui aurait participé à ces attentats du 15 juin.

Toujours selon le ministre de l’Intérieur les terroristes arrêtés auraient avoué préparer des attentats «au Nord Cameroun et au Tchad» Par ailleurs, selon les révélations faites par l’Intérieur tchadien, «une femme et deux enfants» ont été également arrêtés.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

N’DJAMENA (Reuters) – Des islamistes présumés du groupe Boko Haram ont fait sauter des charges explosives lors d’une opération de police tôt lundi matin à N’Djamena, la capitale tchadienne, tuant cinq policiers.

Le raid de la police tchadienne visait une cache d’armes dans l’est de la ville, dans le cadre des opérations menées à la suite du double attentat suicide qui a fait 34 morts le 15 juin à N’Djamena.

Le procureur Alghassim Khamiss a précisé que la maison était une cache d’armes et qu’une grande quantité d’explosifs artisanaux avait été saisie, ainsi que huit mortiers.

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

Le Tchad sait prendre ses responsabilités d’état indépendant, certes, Boko Haram lui avait fait très mal cf colonnes du Monde à un double attentat, mais les réponses du gouvernement ont été rapides … interdiction de la burqua dans des lieux protégés, pour faire face aux déguisements , "D’hommes voilés, porteurs de ceintures d’explosifs" , plus les interpellations de ce jour … voilà comment il faut traiter dans l’urgence des cas d’attentats possibles , pas de bla-bla-bla .. des actes rapides!!

Selon la radio, au moins 11 personnes, dont 5 policiers, ont été tuées. « Cinq policiers, cinq éléments de Boko Haram et un informateur de la police » sont morts, et la police « a saisi plusieurs ceintures bourrées d’explosifs » dans cette opération menée à la suite du double attentat meurtrier du 15 juin, a confirmé le porte-parole de la police nationale tchadienne.

Selon les autorités tchadiennes, les deux attentats-suicides du 15 juin ont été commis en représailles à l’implication de l’armée tchadienne dans l’offensive lancée contre le groupe islamiste nigérian.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Cette opération a été menée suite au double attentat meurtrier qui avait fait au moins 38 morts le 15 juin.  Avant cette intervention, le parquet de N’Djamena avait annoncé « le démantèlement » d’une cellule terroriste active et « l’arrestation d’une soixantaine de personnes » dans le cadre de l’enquête sur le double attentat.

Onze personnes ont été tuées, lundi 29 juin, au cours d’une opération de la police tchadienne contre des éléments de Boko Haram, la secte islamiste installée au Nigeria voisin.

Les deux attentats-suicides simultanés contre le commissariat central et l’école de police de N’Djamena ont fait 38 morts, dont les trois kamikazes, le 15 juin.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

Ce nouvel attentat intervient deux semaines après que 23 personnes sont mortes et 101 autres blessés dans un double attentat suicide qui a eu lieu, le 15 juin dernier, au cœur de la capitale tchadienne.

Dix-sept personnes ont été tuées au cours d’une opération de la police tchadienne contre des membres du groupe terroriste Boko Haram dans un quartier de N’Djamena.

Deux semaines après un attentat à N’Djamena, la capitale tchadienne, la ville a été de nouveau la cible d’une attaque meurtrière.

Lire la suite sur www.afrik.com…

Onze personnes ont été tuées lundi matin au cours d’une opération de la police tchadienne contre des membres présumés de Boko Haram à N’Djamena, où l’enquête se poursuit après le double attentat, attribué aux islamistes, qui a fait 38 morts le 15 juin dans la capitale.

L’armée tchadienne, en première ligne dans l’opération militaire régionale contre les islamistes nigérians, toujours très actifs dans le nord-est de leur pays, a aussi mené dimanche une incursion frontalière depuis le Cameroun contre Boko Haram.

L’armée tchadienne est engagée en première ligne dans une opération militaire régionale depuis le début de l’année contre l’insurrection de Boko Haram, qui s’est étendue au-delà du nord-est du Nigeria vers les pays limitrophes: Tchad, Niger et Cameroun.

Lire la suite sur www.journaldutchad.com…

Tôt lundi matin, onze personnes ont été tuées au cours d’une opération de la police tchadienne contre des membres de Boko Haram dans un quartier de N’Djamena, a annoncé à l’AFP le porte-parole de la police tchadienne, Paul Manga. "Cinq policiers, cinq éléments de Boko Haram et un informateur de la police" sont décédés et la police "a saisi plusieurs ceintures bourrées d’explosifs" lors de cette opération, menée à la suite du double attentat meurtrier qui avait fait au moins 33 morts le 15 juin, a expliqué le porte-parole.

Une opération policière lancée lundi matin contre des membres de la secte islamiste Boko Haram dans un quartier de N’Djamena, au Tchad, a fait 11 morts dont cinq islamistes, cinq policiers et un informateur des forces de l’ordre.

La police patrouille dans le quartier de N’Djamena touché par deux attaques meurtrières, le 15 juin 2015.

Lire la suite sur www.france24.com…