Au sommet de l’Otan à Bruxelles, Donald Trump a déjà les yeux rivés sur sa rencontre avec Vladimir Poutine

Beaucoup à gagner dans sa rencontre avec Poutine

Pour Pierre Vimont, ancien numéro deux de la diplomatie européenne, la rencontre avec Vladimir Poutine sera « beaucoup plus importante » pour le président américain que le sommet de l’Otan.

Donald Trump pourrait donc avoir beaucoup à gagner de cette rencontre bilatérale, tandis que son voyage à Bruxelles semble se concentrer sur une revendication unique: que les Européens et le Canada augmentent leur participation au budget défense de l’Otan.

Les Européens redoutent même que Donald Trump ne cherche à les diviser par de possibles concessions à la Russie avant sa rencontre avec Vladimir Poutine, par exemple en mettant en péril des opérations militaires de l’Otan pour protester contre le déséquilibre budgétaire de l’Alliance.

Lire la suite sur www.huffingtonpost.fr…

Lire la suite sur www.ouest-france.fr…

Vos connaissances, Votre profil d’investisseur

Tout d’abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l’Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l’épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».

Pensez à vos besoins de liquidité

Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n’investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille

Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n’investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n’est pas suffisamment important.

Lire la suite sur www.boursorama.com…

Sept pays européens de l’Otan consacreront 2% de leur PIB à leurs dépenses pour la Défense en 2018, a annoncé mardi le secrétaire général de l’Alliance, un chiffre qui ne devrait pas contenter le président américain Donald Trump à la veille d’un sommet transatlantique.

« Le partage du fardeau n’est pas équitable », a reconnu le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg lors de la présentation du sommet à la presse.

Quatre sont déjà à ce niveau –Etats-Unis, Royaume-Uni, Grèce et Estonie- et quatre autres -Lituanie, Lettonie, Pologne et Roumanie– le seront pour la fin de l’année, a assuré Jens Stoltenberg.

Lire la suite sur www.rtbf.be…