Au Sénégal, le risque de violences plane sur l’élection présidentielle

Jeudi 24 janvier, dans la nuit de Dakar, plusieurs hommes ont pénétré par effraction dans les locaux des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef), le parti d’Ousmane Sonko, candidat à l’élection présidentielle du 24 février.

Après l’invalidation par le Conseil constitutionnel des candidatures de nombreux leaders de l’opposition, le 20 janvier, dont les deux principaux, Karim Wade et Khalifa Sall, 25 d’entre eux ont décidé de s’unir sous la bannière d’une coalition nommée C25.

Puis, à Mbour, ils ont attaqué des villageois qui protestaient en marge de l’inauguration d’une route par Macky Sall », accuse-t-il, précisant qu’il faut « s’opposer au président par des moyens pacifiques ».

Lire la suite sur www.lemonde.fr…