Au Ghana, Macron réitère son message aux jeunes Africains pour qu’ils restent et réussissent en Afrique

Emmanuel Macron et le président du Ghana, Nana Akufo Addo, le 30 novembre à Accra.

Crédits : LUDOVIC MARIN / AFP

Ultime étape de la tournée africaine d’Emmanuel Macron, la courte visite au Ghana de jeudi 30 novembre a été pensée comme un passage obligé.

Accompagné du premier ministre néerlandais, Mark Rutte — une façon de souligner que la diplomatie française entend impliquer davantage les Européens dans les questions africaines —, le chef de l’Etat a notamment estimé anormal que « l’Europe » soit « derrière la Chine » au Ghana.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Une économie diversifiée, dont l’exportation de matières premières (or, pétrole, minerais, produits agricoles) et l’industrie de transformation qui va avec ne sont qu’une facette, et qui évolue depuis le début du siècle dans un cadre démocratique et d’Etat de droit à l’anglo-saxonne, même si la corruption demeure préoccupante.Le dynamisme de ce pays de 24 millions d’habitants, voisin de la Côte d’Ivoire, s’illustre notamment par l’essor du secteur des start-up, comme a pu le constater le chef de l’Etat.

La définition d’une licorne en Occident, une valorisation d’un milliard de dollars quelques années après la création d’une entreprise, doit néanmoins être adaptée au contexte africain : « peser 50 millions de dollars est déjà formidable quand on tient compte de la modestie extrême des capitaux nécessaires au lancement », estime Aurora Chiste.

Adrien Bouillot, un jeune français fondateur de Chalkboard éducation, a ainsi présenté à Emmanuel Macron un programme d’e-learning adapté aux populations dépourvues de connexions internet.

Lire la suite sur www.lesechos.fr…

Les présidents ghanéen et français, Nana Akufo-Addo et Emmanuel Macron, ont souhaité ensemble jeudi que les jeunes africains restent et réussissent en Afrique, plutôt que de « croire à un Eldorado en Europe », pour le Français, ou « mendier l’aide » des pays riches pour le Ghanéen.

Emmanuel Macron a conclu jeudi au Ghana sa tournée africaine, pour la toute première visite jamais effectuée par un président français dans ce pays anglophone démocratique, qui fête le 60 ème anniversaire de son indépendance.

Élu début 2017, Nana Akufo-Addo, qui parle couramment le français et qui se dit « francophile », a rappelé que son credo était que l’Afrique ne « dépende pas des décisions des contribuables européens » et « sorte d’une mentalité d’assisté, qui mendie l’aide ».

Lire la suite sur www.europe1.fr…