Attentat contre des policiers à Paris : ce que l'on sait de la fusillade sur les Champs-Elysées

3

Un policier a été tué et deux autres blessés lors d’une fusillade, jeudi 20 avril, sur l’avenue des Champs-Elysées.

Une voiture, qui circulait à vive allure sur les Champs-Elysées, dans le 8e arrondissement de Paris, s’est arrêtée à hauteur d’un car de police, stationné devant le numéro 102 de l’avenue, au niveau du magasin Marks & Spencer.

A l’intérieur, un fusil à pompe des munitions de calibre 12, deux gros couteaux de cuisine et un sécateur, ainsi qu’un Coran ont été retrouvés, a appris franceinfo de source judiciaire.L’individu faisait depuis plusieurs mois l’objet d’une enquête préliminaire ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris, pour des suspicions de passage à l’acte contre des policiers, mais sans lien a priori avec l’islamisme radical.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

EDEN School Publicité
EDEN School L'école digitale et numérique des 14/18 ans en rupture scolaire

Lire la suite sur www.bfmtv.com…

Il a pris une arme automatique et a ouvert le feu sur un car de policiers stationné le long de l’avenue.

Il est radicalisé et fait l’objet pour cela d’une fiche « S », selon les informations recueillies par 20 Minutes.

Il était visé par une enquête antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Pour les professionnels du secteur de l’hôtellerie et de la restauration, ce nouvel attentat a été perpétré au pire moment.

« Les touristes étaient revenus sur les Champs-Elysées et [cette attaque] va probablement affecter l’activité », observe Jean-Noël Reinhardt, président du Comité Champs-Elysées qui regroupe les commerçants de l’avenue.

« Il est certain qu’avec la force médiatique des images où l’on voit, tous ces effectifs policiers avec en fond l’Arc de triomphe, un touriste qui hésitera entre Paris et Barcelone, choisira Barcelone », estime Florian Poirson, responsable de Association des commerçants des hauts du 8e arrondissement de Paris (ACH8).

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

L’agresseur a ensuite été abattu après avoir blessé deux autres policiers –dont l’un grièvement par une balle qui a touché son bassin–, ainsi qu’une touriste allemande, a précisé une source policière.

L’attaque, vers 21H00, a été aussitôt revendiquée par le groupe jihadiste Etat islamique (EI): Il s’agit du combattant « Abu Yussef le Belge », affirme un communiqué de son organe de propagande Amaq.Un militaire patrouille sur les Champs-Elysées après une fusillade le 20 avril 2017 © THOMAS SAMSON AFPOr, selon des sources proches de l’enquête, l’assaillant est un Français de 39 ans, Karim Cheurfi, qui faisait l’objet d’une enquête antiterroriste.

Il avait déjà été condamné en 2005 à quinze ans de réclusion pour tentatives d’homicide volontaire notamment sur un policier en Seine-et-Marne.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Le point sur une partie des dispositifs déployés dimanche :Le ministre de l’Intérieur Matthias Fekl l’a rappelé : «aucune force de sécurité armée ne peut apparaître dans et à proximité immédiate des bureaux de vote.

«Il peut y avoir des débordements venant d’extrémistes de tous bords», avait-il averti.Selon une source militaire au, suivant le principe de « l’adaptation à la vie de la cité », une attention particulière sera portée aux bureaux de vote avec des patrouilles plus fréquentes et plus intenses.

En revanche, il n’y aura pas de gardes statiques de militaires devant les bureaux mais une coordination avec la police et la gendarmerie nationale ainsi que les polices municipales ou éventuels agents de sécurité privée mobilisés ».

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Selon des sources proches de l’enquête, l’homme était déjà visé par une enquête antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers et avait été arrêté le 23 février, avant d’être remis en liberté par la justice faute de preuves suffisantes.Il avait déjà visé des policiersL’assaillant avait déjà été condamné en février 2005 à quinze ans de réclusion pour trois tentatives d’homicide volontaire, dont deux visant des policiers.

Alors qu’il circulait au volant d’une voiture volée, armé d’un revolver, il avait percuté un véhicule conduit par deux jeunes frères, l’un d’eux étant élève gardien de la paix.Le chauffard avait pris la fuite à pied avant d’être rattrapé par le conducteur de la voiture percutée et son frère muni d’un brassard « police ».

D’après Le Monde, l’auteur présumé de l’attaque était sous probation depuis sa sortie de prison fin 2015, mais ne respectait pas ses obligations de contrôle.Un type qui « a un grain »Salim, un ami de la famille, qui l’avait vu pour la dernière fois il y a quelques semaines, le décrit auprès de l’AFP comme un type qui « a un grain » et « a passé une bonne partie de sa vie en prison ».

Lire la suite sur www.ouest-france.fr…

Même si, comme le rappelait le ministre de l’Intérieur Matthias Fekl, « aucune force de sécurité armée ne peut apparaître dans et à proximité immédiate des bureaux de vote.

« Il peut y avoir des débordements venant d’extrémistes de tous bords », avait-il averti.Dans un discours aux préfets le 5 avril, Matthias Fekl avait insisté : « Veillez bien à ce que chaque président de bureau de vote dispose d?un numéro d?appel direct aux forces de sécurité.

Il y aura « plus de bureaux de vote que de policiers et gendarmes et militaires mobilisés », note vendredi Céline Berthon, secrétaire générale du syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN/UNSA) sur Europe 1.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…