Art Paris Art Fair parviendra-t-elle à démocratiser l'art contemporain ?

Pourquoi mettre à l'honneur la scène artistique coréenne ? « Parce que je suis dans la découverte plutôt que dans la consécration, parce que je regarde vers l'Est plutôt que vers l'Ouest, et parce que la Corée est un pays avec une véritable identité », déclare Guillaume Piens, précisant que le « pays du matin calme » est devenu la 13e puissance mondiale alors que son PIB équivalait celui du Cameroun en 1960.  Après la Chine et le Japon et avant l'Afrique en 2017, Art Paris Art Fair permet donc de découvrir l'effervescence d'un territoire non formaté où les infrastructures culturelles se multiplient tel le musée d’art de Samsung conçu par Mario Botta et Jean Nouvel.

Venue de Lyon, Françoise Besson, affirme que : « Guillaume Piens est le seul organisateur de foire qui visite les galeries de province ».  Tout en soulignant le fait que sa participation à Art Paris Art Fairn — avec les œuvres inédites d'artistes réunis autour de la thématique de la réparation — est tributaire du soutien de la région qui lui attribue une aide (5000 euros) pour un stand d'une superficie de 40 m2 dont la location vaut 30 000 euros.

Jusqu'au 5 avril, ils seront recouverts d'œuvres sélectionnées parmi les 5 artistes bénéficiant de solo-show comme Hervé di Rosa, dont la peinture « En pleine tronche » permettra aux automobilistes de patienter pendant les bouchons. – Les projections sur la façade du Grand Palais : chaque soir de 20 heures à 2heures du matin, les installations vidéos de six artistes seront visibles gratuitement.

Lire la suite sur www.telerama.fr…

Dix-neuf galeries présentent dans une section spéciale un artiste émergent, comme l’intriguant Gregory Cumins (galerie de Roussan, Paris) ou l’étrange Tinus Vermeersch (Hopstreet, Bruxelles). 80 artistes coréens au Grand Palais pour la foire Art Paris Art Fair, le salon du dessin "Drawing Now" qui fête ses dix ans au Carreau du Temple: toute la diversité de l’art contemporain…

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d’intérêt. 80 artistes coréens au Grand Palais pour la foire Art Paris Art Fair, le salon du dessin « Drawing Now » qui fête ses dix ans au Carreau du Temple: toute la diversité de l’art contemporain s’exprime à Paris ce week-end.

Même ouverture sur le monde au salon du dessin contemporain « Drawing Now » qui fête ses dix ans avec une participation de 74 galeries, dont 41% d’étrangères et 16 pays représentés.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Ouverte à toutes les formes d’expression y compris le design, Art Paris Art Fair est le rendez-vous incontournable de ce printemps de l’art moderne et contemporain à Paris, qui rassemble une vingtaine de pays dont, pour la première fois, l’Azerbaïdjan, la Colombie et l’Iran.

Cette année encore, Art Paris Art Fair accueille les grandes enseignes internationales comme Daniel Templon (Paris), Sundaram Tagore (New York, Hong Kong, Singapour) et Flowers (Londres, New York).

Depuis hier, jeudi 31 mars, Art Paris Art Fair est de retour pour une nouvelle édition incontournable de seconde foire parisienne de l’art moderne et contemporain.

Lire la suite sur www.neuillyjournal.com…

Il veut de l’élitisme pour tous, Guillaume Piens : le commissaire général d’Art Paris Art Fair, qui se tient du 31 mars au 3 avril au Grand Palais, à Paris, n’a guère le goût de ces foires d’art en cercle fermé, réservées aux collectionneurs aisés, même s’il a été dans le passé aux manettes de Paris Photo, l’autre événement prestigieux du groupe Reed avec la FIAC .

Si les tarifs des stands sont également moins élevés que ceux de sa concurrente de l’automne (499 euros le mètre carré, contre 589 euros en 2015 pour la FIAC), Art Paris Art Fair propose des espaces deux fois moins chers aux 12 galeries émergentes de la section Promesses.

Avec des prix d’œuvre affichés sur les murs, une entrée à 25 euros, contre 40 pour la FIAC, un bon accueil fait aux galeries régionales de qualité, un tropisme international non pas vers les Etats-Unis mais vers l’Est, il a apporté une originalité à cet événement qui ose s’intéresser à des territoires moins balisés, sans être pour autant un Salon des ­refusés.

Lire la suite sur www.lesechos.fr…

Même endroit, même principe mais public plus large : sous la nef du Grand Palais Arts Paris Art Fair fais tout pour se différencier de son illustre homologue. 143 galeries issues de 22 pays (dont pour la première fois l’Iran, la Colombie et l’Azerbaïdjan), de l’art d’après-guerre aux jeunes artistes, pendant quatre jours la foire misera tout sur l’ouverture et l’accessibilité, pour les exposants comme pour le public qu’elle veut toucher.

La preuve également avec l’ensemble passionnant que propose la galerie La Ligne, visuel, cinétique et parfois déroutant, qui, typiquement, est le genre de galeries qui se fond dans Art Paris Art Fair.  Bardula, par exemple, expose trois oeuvres d’une grande originalité : sur un système de miroir, elle grave des formes géométriques qui s’illuminent et dont la couleur change.

Alors que la FIAC tient sa réputation de son exigence (qui a conduit à la création d’une foire bis pour les galeries de moins grande envergure, annulée après seulement deux éditions ), Art Paris Art Fair revendique présence de jeunes galeries et d’artistes n’ayant parfois jamais participé à une foire ainsi que des pratiques extrêmement variées allant jusqu’au design, au street-art et aux arts numériques.

Lire la suite sur www.exponaute.com…

Peut-être qu’un jour, Art Paris sera accusée de ne pas mettre assez en avant la scène française, qui représente 52 % des participants… « Pour donner une identité à cette foire, qui n’en avait plus, j’avais axé mes recherches sur l’est de la planète et exploré une grande partie de l’Asie, rappelle Guillaume Piens, commissaire général de la foire.

La foire a le mérite de proposer des galeries et des esthétiques que l’on ne voit pas ailleurs mais qui, par leur nouveauté même, peuvent se révéler plus que déroutantes (la dernière édition a fait « tiquer » plus d’un visiteur).  Art Paris titille ainsi notre sens de la curiosité… ou pas, même si en 2015, plus de cinquante-cinq mille visiteurs avaient répondu présent.

Les régions françaises sont également mises en avant, alors qu’on sait à quel point le marché y est difficile. « Pourtant, si on ne les montre pas sur une foire comme la nôtre, qui va le faire ?  », questionne Guillaume Piens avec une pointe de provocation.

Lire la suite sur www.connaissancedesarts.com…

Ouverte à toutes les formes d’expression y compris le design, Art Paris rassemble cette année 143 galeries de 22 pays offrant un aperçu de l’art d’après guerre à nos jours. 58 nouvelles galeries présentent leurs œuvres, avec la première entrée dans la foire de pays comme l’Iran, l’Azerbaïdjan et la Colombie.

Confiée à la commissaire d’expositions Sang-A-Chun, cette invitation, d’une ampleur exceptionnelle avec près de 60 artistes coréens exposés et de nombreux événements connexes, souligne la richesse de la scène artistique du « pays du matin calme » depuis les années 1960 jusqu’à l’effervescence artistique actuelle.

A l’instar de l’installation monumentale Flash Wall de Kiwon Park installée devant le Grand Palais, la frontière matérialisée par la DMZ (zone démilitarisée entre les deux Corée) alimente l’imaginaire de la scène artistique émergente comme une métaphore des fractures et des divisions de la société sud-coréenne engagée depuis 30 ans dans une modernisation sans limites.

Lire la suite sur www.culture.fr…

Sous la forme de photographies, sculptures, design, peintures et installations, Art Paris Art Fair est avant tout une foire destinée à tous les curieux.

Fraîche, osée et ouverte d’esprit, Art Paris Art Fair prône un art pour tous, encore plus affirmé avec le rendez-vous de cette année. Je veux…

Pendant 4 jours, le public aura ainsi l’occasion de découvrir l’art et les techniques des 22 pays participants par le biais des 143 galeries exposantes. 90 artistes coréens sont mis à l’honneur mais d’autres pays d’Asie viennent aussi renseigner sur l’art de ce continent.

Lire la suite sur www.quejadore.com…