Après la tuerie en Floride, une grande enseigne de sport américaine arrête de vendre des fusils d’assaut

Après le spécialiste de la cybersécurité  Symantec, les compagnies aériennes Delta et United Airlines ou encore les assureurs Chubb et Metlife, c’est au tour de l’entreprise Dick’s Sporting Goods d’afficher sa volonté de mieux contrôler les ventes d’armes à feu aux Etats-Unis, après  la récente fusillade dans un lycée de Parkland en Floride .

La raison : Dick’s aurait vendu, en novembre dernier, une carabine à Nikolas Cruz, l’étudiant accusé de la tuerie en Floride.

En 2012, après la tuerie à l’école Sandy Hook, Dick’s avait déjà retiré de ses principaux magasins les fusils d’assaut.

Lire la suite sur www.lesechos.fr…

LIRE AUSSI >> La NRA, l’insurmontable obstacle à la régulation des armes aux États-Unis

En outre, le distributeur ne vendra plus de chargeurs de grande capacité ni d’armes aux moins de 21 ans, bien que certaines législations locales l’autorisent.

Il révèle également que sa société avait vendu en novembre 2017 une arme au jeune homme, Nikolas Cruz, responsable de la fusillade.

L’entreprise « implore » en outre les élus de promulguer une réforme sur les armes et de mettre en oeuvre des réglementations à commencer par l’interdiction des armes de types fusils d’assaut semi-automatiques, l’interdiction de chargeurs de grande capacité ou encore de porter à 21 ans, l’âge minimum requis pour acquérir une arme.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

“Dick’s Sporting Goods, un grand distributeur d’armes, arrête de vendre des fusils d’assaut”, annonce The New York Times ce 28 février, affichant comme le reste de la presse américaine l’information en une de son site.

Si plusieurs grandes entreprises ont fait savoir qu’elles coupaient leurs liens avec la NRA, le principal lobby des armes, le patron de Dick’s, Edward Stack, se distingue en présentant explicitement sa décision comme une réponse à la fusillade du lycée de Parkland, en Floride.

Dick’s appelle à “une réforme de bon sens sur les armes”, élevant de 18 à 21 ans l’âge minimum pour acheter une arme, interdisant les fusils d’assaut et instaurant des vérifications d’antécédents pour toutes les ventes d’armes.

Lire la suite sur www.courrierinternational.com…

Au moment où les lycéens de Parkland reprenaient le chemin de l’école mercredi, Edward Stack, le PDG de Dick’s Sporting Goods, annonçait en direct à la télévision, sur Twitter et dans un communiqué que son entreprise ne vendrait plus de fusils d’assaut semi-automatiques.

Difficile neutralité
Certaines ont d’ores et déjà pris leurs distances, ne souhaitant plus être associées à la National Rifle Association (NRA), le puissant lobby américain des armes, au risque de perdre de nombreux clients.

« Je vais tuer toute législation fiscale qui bénéficie à Delta à moins que l’entreprise ne modifie sa position et rétablisse pleinement ses relations avec la NRA », a twitté Casey Cagle.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…