Angoulême : Lucky Luke, le cowboy de Morris dégaine ses 70 bougies

Avec cet auteur, L’humour devrait être largement au rendez-vous (voir le blog de Francis Forget).  Et pour terminer, en fin d’année, un nouvel album de la série « classique » des Lucky Luke devrait sortir avec Achdé au dessin et Jul, petit nouveau au scénario.

Mais plus encore que Lucky Luke, c’est son créateur, le belge Maurice de Bevere, dit « Morris » auquel le monde du 9e art rend hommage avec une grande rétrospective intitulée « L’art de Morris ».

Après la mort de Goscinny en 1977, vingt auteurs se succèdent pour écrire les aventures de Lucky Luke parmi lesquels Jean Léturgie, Greg (le papa d’Achille Talon), Guy Vidal et plus récemment Tonino Benacquista et Daniel Pennac.

Lire la suite sur culturebox.francetvinfo.fr…

Une ligne sèche, d’apparence «vite fait», qui n’a aucune descendance et compte même peu d’équivalents dans la bande dessinée de sa génération – à l’exception peut-être de René Pellos, l’animateur des Pieds Nickelés, incroyablement sous-estimé lui aussi.

Comme le note Stéphane Beaujean, qui a supervisé cette expo, «des centaines d’ouvrages ont été consacrés à Hergé, mais rien ou presque n’existe pour Morris.

L’effet est d’autant plus révolutionnaire que Morris, à rebours de tous les usages de l’époque, «fige» ses personnages dans l’air.

Lire la suite sur bibliobs.nouvelobs.com…

EN IMAGES – La ministre de la Culture, Fleur Pellerin a inauguré ce jeudi 28 janvier, l’exposition consacrée à Lucky Luke et au travail du dessinateur Morris.

La ministre de la Culture, Fleur Pellerin est venue inaugurer l’exposition, consacrée au travail du dessinateur Morris, ce jeudi 28 janvier à Angoulême.

Selon une étude des États généraux de la bande dessinée, réalisée à l’occasion du FIBD, 53% des auteurs interrogés ont un revenu inférieur au Smic annuel brut et 36% d’entre eux sont en-dessous du seuil de pauvreté.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

A l’occasion des 70 ans de LUCKY LUKE, le cow-boy qui tire plus vite que son ombre, le musée de la bande dessinée d’Angoulême revient sur l’oeuvre majeure de Morris son dessinateur. Jul, le nouveau…

A l’occasion des 70 ans de LUCKY LUKE, le cow-boy qui tire plus vite que son ombre, le musée de la bande dessinée d’Angoulême revient sur l’oeuvre majeure de Morris son dessinateur.

Jul, le nouveau scénariste du héros, nous fait découvrir l’exposition qui se tiendra jusqu’en septembre 2016.

Lire la suite sur videos.leparisien.fr…

Parce qu’il avait une estime importante de son travail et qu’il était notoirement paranoïaque, le Belge Maurice de Bevere (1923-2001), dit Morris, ne sortait jamais ses planches et les vendait encore moins.

Aussi étonnant que cela paraisse dans un art où la dispersion des originaux est devenue la règle, « tout » Lucky Luke dort depuis des années dans les coffres d’une banque à Bruxelles.

C’est là que Jean-Pierre Mercier et Stéphane Beaujean, les commissaires de l’exposition « L’art de Morris », qui se tient à la Cité internationale de la bande dessinée d’Angoulême, ont pénétré il y a quelques mois.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Accueil Culture Arts et spectacles EN IMAGES – Angoulême : Céline Dion, Charlie Chaplin et Jean Gabin…

EN IMAGES – Angoulême : Céline Dion, Charlie Chaplin et Jean Gabin…

EN IMAGES – Angoulême : Céline Dion, Charlie Chaplin et Jean Gabin…

Lire la suite sur www.rtl.fr…

Curieusement, cet homme qui, dans les années 1960, plaidait pour la reconnaissance de la bande dessinée et fut l'un des premiers à parler de « neuvième art », s'agaçait de ce qu'elle était devenue la décennie suivante. « Morris avait en horreur l'intellectualisation à outrance de la BD, qui restait, à ses yeux, un divertissement, explique Achdé, le dessinateur qui, depuis quatorze ans, a pris les rênes de Lucky Luke.

Jusqu'à la parution en décembre dernier de L'Art de Morris (1) , il n'y avait pas d'ouvrage de référence ! « En préparant ce livre, nous avons été frappés par l'absence de documentation, quand, dans le même temps, on pourrait remplir une bibliothèque avec tout ce qui a été écrit sur Hergé ! , souligne Jean-Pierre Mercier, conseiller scientifique au musée de la BD d'Angoulême et commissaire de l'exposition qui lui est consacrée.

Dès Phil Defer, en 1954, où Morris campe un cow-boy qui ressemble comme deux gouttes d'eau à l'acteur Jack Palance, le virage est pris, Lucky Luke ouvre un genre nouveau : le western parodique. « Ce n'est pas un pastiche de la vraie vie des cow-boys, expliquait-il.

Lire la suite sur www.telerama.fr…