Allemagne : la gratuité des transports urbains envisagée contre la pollution

Dans un courrier de plusieurs ministres allemands, dont celle de l’Environnement, adressé le 11 février 2018 à Bruxelles, Berlin dit envisager d’instaurer « la gratuité des transports publics afin de réduire le nombre des voitures particulières » en circulation, en concertation avec les Etats régionaux et les communes.

Cette lettre à la Commission européenne, dont l’AFP a eu copie, précise que la mesure devra être testée dans 5 villes du pays, dont l’ancienne capitale Bonn (300.000 habitants environ) et la métropole industrielle de la Ruhr, Essen, qui compte près de 600.000 habitants.

Une mesure qui si elle est mise en place devrait ravir les utilisateurs qui déboursent dans certaines villes comme Berlin 2,80 euros ou Munich 2,90 euros pour un ticket à l’unité.

Lire la suite sur www.sciencesetavenir.fr…

L’objectif du gouvernement est de réduire le nombre de voitures particulières et la pollution dans les villes…

Le gouvernement allemand veut envoyer un signal fort.

Dans un courrier adressé le dimanche 11 février à Bruxelles, plusieurs ministres allemands – dont celle de l’Environnement – déclarent envisager d’instaurer «  la gratuité des transports publics afin de réduire le nombre des voitures particulières » dans ses villes.

>> A lire aussi : Lyon: Il y aura une nouvelle ligne de métro…mais pas avant 2030

Un test sera d’abord réalisé dans cinq villes allemandes, dont l’ancienne capitale Bonn et la cité industrielle Essen.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

L’idée fait en tout cas son chemin.Dans un courrier de plusieurs ministres adressé le 11 février au Commissaire européen en charge de l’environnement, l’Allemagne dit envisager l’instauration de cette mesure afin de lutter plus efficacement contre la pollution.Berlin est sous la pression de Bruxelles , qui reproche à la première puissance économique d’Europe de dépasser régulièrement les limites d’émissions de deux polluants très nocifs : les particules fines (PM10) et le dioxyde d’azote (NO2).

Cinq villesDans ce courrier, dont l’AFP a obtenu une copie, les membres du gouvernement expliquent que la gratuité des transports pourrait être expérimentée « d’ici la fin de l’année au plus tard » dans cinq villes : Bonn, Essen, Herrenberg, Reutlingen et Mannheim.Berlin dit par ailleurs envisager de « fixer des règles contraignantes » aux bus et aux taxis pour qu’ils respectent des seuils de pollution.Cette proposition a été dévoilée alors que la chancelière Angela Merkel, affaiblie politiquement depuis  les élections de septembre 2017 , n’a pas encore finalisé son nouveau gouvernement, ce qui en limite la portée.Parmi les trois ministres signataires du courrier, seule la social-démocratie Barbara Hendricks, ministre de l’Environnement depuis 2013, a des chances d’être reconduite dans ses fonctions.Gérer le flot de voyageursLe nombre d’usagers des transports en commun connaît une croissance sans interruption en Allemagne depuis vingt ans.L’an dernier, la Fédération des entreprises de transports allemands a enregistré 10,3 milliards de déplacements.

Mais le projet inquiète les communes, qui risquent de devoir gérer un flot soudain et considérable de nouveaux voyageurs.La question du coût de cette mesure fait également débat : « Le gouvernement fédéral doit dire comment il veut financer cela », a réagi Michael Ebling, président d’une fédération de régies communales (VKU).

Lire la suite sur www.lesechos.fr…