Afrique: Les plus vieux baobabs sont en train de mourir, selon des chercheurs

« Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, les grands baobabs d’Afrique australe ont commencé à mourir, mais depuis 10-15 ans, leur disparition a rapidement augmenté à cause des températures très élevées et de la sécheresse », poursuit le chercheur.

Parmi les victimes figurent trois monstres symboliques : Panke, au Zimbabwe, le plus vieux baobab avec 2.450 ans au compteur, l’arbre de Platland (Afrique du Sud), l’un des plus gros du monde avec un tronc de plus de 10 mètres de diamètre et le célèbre baobab Chapman du Botswana, sur lequel Livingstone grava ses initiales.

Entre 2005 et 2017, Adrian Patrut et ses collègues ont analysé tous les plus grands (et donc généralement les plus vieux) baobabs d’Afrique, plus de 60 en tout.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

La disparition alarmiste de ces arbres emblématiques, annoncée par une publication dans Nature Plants, est-elle causée par le réchauffement climatique comme annoncé ?

Il a notamment mis au point une méthode de datation par le carbone 14 et découvert l’âge quasi canonique de certains de ces arbres, en particulier en Afrique australe.

Le scientifique prend soin de dire que les causes de cette mortalité restent floues, tout en mentionnant le réchauffement climatique (étude de François Engelbrecht parue en 2015) comme piste à creuser.

Lire la suite sur www.franceinter.fr…

Adrian Patrut, de l’université de Cluj-Napoca (Roumanie), et d’autres chercheurs alertent sur la mort de certains des plus vieux baobabs d’Afrique, dans une étude publiée par la revue Nature Plants lundi 11 juin.

Ils supposent que le réchauffement climatique pourrait être la cause de cette disparition « d’une ampleur sans précédent ».

« Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, les grands baobabs d’Afrique australe ont commencé à mourir, mais depuis dix-quinze ans, leur disparition s’est accélérée à cause des températures très élevées et de la sécheresse », poursuit Adrian Patrut.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

La situation de ces arbres millénaires s’est aggravée au cours des 15 dernières années, probablement à cause du changement climatique.

La grande majorité des plus vieux baobabs d’Afrique se meurent depuis une dizaine d’années, alertent lundi des chercheurs qui évoquent le dérèglement climatique comme possible cause de cette disparition : « Il est choquant et spectaculaire d’assister au cours de notre vie à la disparition de tant d’arbres d’âges millénaires », explique à l’AFP Adrian Patrut de l’université Babeș-Bolyai en Roumanie, coauteur de l’étude parue dans la revue Nature Plants.

« Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, les grands baobabs d’Afrique australe ont commencé à mourir, mais depuis 10/15 ans, leur disparition a rapidement augmenté à cause des températures très élevées et de la sécheresse », poursuit le chercheur.

Lire la suite sur www.futura-sciences.com…