Affaire Skripal : Moscou compte répliquer aux nouvelles sanctions américaines

Sergueï Skripal, ancien agent double russe qui vit désormais en Angleterre, a été victime en mars d’une tentative d’empoisonnement au Novitchok – un agent neurotoxique mis au point par l’Union soviétique à la fin de la guerre froide – tout comme sa fille Ioulia, à Salisbury.

Lire aussi :   Sommet d’Helsinki : Donald Trump dénigré par les médias américains, y compris Fox News

Annoncées mercredi, les sanctions américaines devraient entrer en vigueur autour du 22 août et concerner l’exportation de certains produits technologiques, comme des appareils ou de l’équipement électroniques.

L’empoisonnement confirmé de l’ex-agent double et de sa fille par leur exposition au Novitchok avait été attribué par Londres au gouvernement russe, qui avait nié toute implication et demandé des preuves.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

VIDÉO – Ayant établi que la Russie est bien derrière l’empoisonnement au Novichok de Sergueï Skripal à Londres, le président ne pouvait que valider des mesures de rétorsion de Washington enclenchées par l’application d’une loi de 1991 sur les armes chimiques.

La Grande-Bretagne avait fini par s’habituer aux rodomontades de Donald Trump à son égard, à ses commentaires désobligeants sur les négociations en vue du Brexit et à sa servilité apparente envers la Russie.

L’annonce de sanctions américaines contre la Russie dans le cadre de l’affaire Skripal a donc ravi Londres, heureuse de retrouver son allié dans de meilleures dispositions face à «l’impétueuse» Russie.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Si les sujets de discorde sont nombreux entre Moscou et Washington, ces nouvelles mesures punitives sont liées à l’empoisonnement début mars à Salisbury, au Royaume-Uni, de l’ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia.

Les sanctions envisagées par Washington, qui portent sur l’exportation de certains produits technologiques, comme des appareils ou de l’équipement électroniques, pourraient coûter « des centaines de millions de dollars » à l’économie russe, a indiqué un responsable américain ayant requis l’anonymat.

Les Etats-Unis n’ont cessé de renforcer leur arsenal ces dernières années sur fond d’accusations d’ingérence russe dans les élections américaines, ce malgré les promesses de réconciliation de Donald Trump.

Lire la suite sur www.boursorama.com…

Lire la suite sur www.lavoixdunord.fr…

« Inadmissibles », « inamicales », « illégales »… Le Kremlin a vivement dénoncé jeudi 9 août l’annonce par les États-Unis de nouvelles sanctions économiques contre la Russie en lien avec l’empoisonnement à l’agent Novitchok au Royaume-Uni, qui font craindre une nouvelle escalade entre Moscou et Washington.

Lire aussi : Donald Trump ou le massacre diplomatique à la tronçonneuse

L’annonce de nouvelles sanctions a provoqué un coup de froid jeudi à l’ouverture des marchés financiers russes, les indices boursiers chutant et la monnaie russe tombant à son plus bas niveau en deux ans face au dollar, avant un retour au calme progressif en cours de journée.

Menace d’une deuxième salve
L’empoisonnement confirmé de l’ex-agent double et de sa fille par leur exposition au Novitchok, un agent neurotoxique mis au point par l’Union soviétique à la fin de la guerre froide, avait été attribué par Londres au gouvernement russe, qui avait nié toute implication et demandé des preuves.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…