Affaire Skripal: de l’empoisonnement aux tensions diplomatiques

Le 4 mars, l’ex-agent double russe Sergeï Skripal, 66 ans, et sa fille Ioulia, 33 ans, sont retrouvés inconscients dans un centre commercial de Salisbury (sud de l’Angleterre).

Le 7 mars, la police révèle que Skripal et sa fille ont été empoisonnés par un agent innervant, une arme chimique hautement toxique.

Le 14 mars, Londres juge la Russie « coupable » et, en représailles, expulse 23 diplomates russes (sur 59 présents au Royaume-Uni), gèle les contacts avec Moscou et annonce qu’aucun membre de la famille royale ou du gouvernement n’ira à la Coupe du monde de football en Russie (14 juin-15 juillet).

Lire la suite sur www.boursorama.com…

DIPLOMATIE Le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson a expliqué que Londres en voulait au «Kremlin de Poutine» et pas à la Russie…

Escalade dans la crise diplomatique.

Le Royaume-Uni a provoqué vendredi la colère de la Russie en jugeant « extrêmement probable » que le président Vladimir Poutine ait personnellement « ordonné » l’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal, une accusation qualifiée d’« impardonnable » par le Kremlin.

>> A lire aussi : Ex-espion russe empoisonné: Paris «partage le constat» de Theresa May sur la responsabilité de Moscou

La confrontation entre les Occidentaux et Moscou s’est encore durcie à deux jours de l’élection présidentielle russe, que Vladimir Poutine s’apprête à remporter pour un quatrième mandat qui le maintiendra à la tête de la Russie jusqu’en 2024.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

L’ambassade russe en Grande-Bretagne manie l’ironie pour faire passer le message de Kremlin sur les réseaux sociaux, après  l’expulsion ce mercredi de 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

Le gouvernement britannique a jugé clairement la Russie « coupable » de l’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal le 4 mars dernier à Salisbury.

« La température des relations entre la Russie et le Royaume-Uni a chuté à -23, mais nous n’avons pas peur du froid’, se moque le compte Twitter officiel de l’ambassade de Russie.

Lire la suite sur www.leprogres.fr…

À cette occasion, l’Union européenne compte envoyer un « message clair », selon les propos du président du Conseil européen Donald Tusk.

Ce dernier a indiqué vendredi soir avoir eu « un entretien téléphonique avec Theresa May pour préparer un message clair de l’UE » au sujet de ce que l’homme d’État polonais appelle « l’attaque de Salisbury », en référence au nom de la ville du sud de l’Angleterre où a eu lieu l’empoisonnement.

Un peu plus tôt, une source européenne avait précisé à l’AFP que le sujet « sera discuté jeudi soir la semaine prochaine » lors du sommet européen réuni à Bruxelles.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…