Accord de libre-échange AEUMC: Trump salue une «nouvelle historique»

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur
votre site internet.

Nous vous demandons de suivre ces
Règles de base

Le Partenaire s’engage à ne pas porter atteinte au droit
moral des journalistes.

A ce titre, le Contenu devra être
reproduit et représenté par le Partenaire tel qu’il a été mis à
disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts,
incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Lire la suite sur www.rfi.fr…

LIBRE ECHANGE Le texte de l’accord a été soumis au Congrès américain dimanche soir dès sa conclusion…

L’Aléna est mort, vive l’AEUMC !

Les Etats-Unis, le Canada et le Mexique ont enfin trouvé un accord dimanche sur un nouveau traité de libre-échange pour l’Amérique du Nord nommé l’Accord Etats-Unis-Mexique-Canada.

Il a été publié peu avant minuit dimanche soir, la date-butoir imposée par les Etats-Unis pour arriver à rallier le Canada au compromis déjà trouvé par Mexico et Washington fin août.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

« Aujourd’hui, le Canada et les Etats-Unis sont parvenus à un accord de principe, de concert avec le Mexique, sur un nouvel accord commercial », peut-on lire dans un communiqué commun.

Ottawa et Washington se sont mis d’accord sur les termes d’un accord renégociant les termes de l’Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) préservant sa pérennité, ont annoncé, lundi 1er octobre, les Etats-Unis et le Canada à quelques minutes de l’expiration de l’ultimatum fixé par Donald Trump.

« L’Accord Etats-Unis-Mexique-Canada (AEUMC) offrira à nos travailleurs, agriculteurs, éleveurs et entreprises un accord commercial (…) qui donnera lieu à des marchés plus libres, à un commerce plus équitable et à une croissance économique solide dans notre région », dit encore le communiqué.L’Aléna devient l’AEUMCSelon les premiers éléments disponibles, l’accord, qui portera désormais le nom d’AEUMC, offre aux Etats-Unis un accès à environ 3,5% du marché laitier canadien, évalué à 16 milliards de dollars, tout en protégeant le Canada d’éventuels tarifs douaniers automobiles.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…