A Evry, un premier meeting hybride de Manuel Valls

Manifestement ravi de son rôle de Monsieur Loyal, l’actuel maire d’Evry accueille son prédécesseur devenu Premier ministre pour un exercice périlleux mêlant défense du bilan gouvernemental et perspectives pour la suite, quelle qu’elle soit.

Déjà qu’il y a ce hashtag qui claque comme un slogan de campagne et comme un écho au «ça va mieux» présidentiel: «La France est belle»… D’un autre côté, si plus de trois ministres s’étaient perchés mercredi soir sur les tabourets du gymnase Jean-Louis Moulin pendant trois heures, cela aurait été dépeint en remake de «Hé Ho la gauche», les meetings organisés par les proches de François Hollande pour valoriser la politique menée depuis 2012.

Le service d’ordre est assuré par celui du parti mais les membres les plus influents du cabinet du Premier ministre ont fait le déplacement dont, fait rarissime, Véronique Bédague, sa directrice.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

Malmené dans les sondages, plombé au sein du PS par les débats houleux sur la révision constitutionnelle et sur la loi travail, Manuel Valls veut tourner la page.

Environ trois cents personnes étaient attendues au gymnase Jean-Louis-Moulin pour un échange direct avec le chef du gouvernement, qui s’était entouré pour l’occasion de trois ministres: Najat Vallaud-Belkacem (Éducation), Patrick Kanner (Ville, Jeunesse et Sports) et Thierry Mandon (Enseignement supérieur).

Il s’agissait également, enfin, de reprendre la main face aux multiples initiatives de défense du bilan présidentiel, qui fleurissent au PS comme à l’Assemblée.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

« Il fallait s’inscrire, je n’appelle pas ça un débat ouvert, râle Maria au comptoir du café O’Ptit Parisien en face de la Fabrik’.

Les ministres appelés au tableau
Dans son introduction, Valls ne s’attarde pas sur le choix des invités (dont une vingtaine de parlementaires) mais évoque longuement le contexte tendu dans lequel se tient la réunion : « contestation violente de la loi El Khomri, attaques, voiture de police brûlée cet après-midi, casseurs, syndicats minoritaires, blocages des routiers… ».

L’ancien maire d’Evry (il le fut pendant onze ans) tacle au passage les « postures politiques qui ne font pas toujours honneur, qui déroutent les Français et les postures d’une gauche qui se déchire et se parle à elle-même ».

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Il citait François Mitterrand qui disait « ne pas bouger, c’est commencer à perdre ».

Il nous fait penser au coureur cycliste qui faisait toujours l’échappée, celui qui franchissait la ligne d’arrivée en danseuse, et qui a été avalé le peloton.

Il faut qu’il retrouve  le moyen de s’échapper à nouveau, qu’il redevienne le Valls transgressif, celui qui posait les questions qui fâchent.

Lire la suite sur www.rtl.fr…

Manuel Valls n’est pas décidé à se laisser enfermer à Matignon, en laissant Emmanuel Macron et Arnaud Montebourg afficher de leur côté leurs ambitions en même temps que leur vision de la France.

Le Premier ministre a donc entamé mercredi soir dans le gymnase de son fief d’Evry (Essonne), en présence de 400 sympathisants très amicaux avec lui (car il fallait montrer patte blanche pour entrer dans la salle), un tour de France qui va ensuite le conduire à Clermont-Ferrand, puis en Gironde, ensuite en Seine-Maritime.

«Je sens poindre en France comme en Europe une mise en cause de la démocratie»
Dans son propos introductif, Manuel Valls a invité la gauche à « cesser de parler avec elle-même », et il s’est interrogé avec gravité : « Sommes-nous encore une nation solidaire et fraternelle? »

Lire la suite sur www.lejdd.fr…

«Il faut dire quel type de société nous voulons», a insisté le Premier ministre devant 450 personnes
S’agit-il de se positionner à son tour sur la ligne de départ, dans l’hypothèse où François Hollande renoncerait à la présidentielle ?

Bien sûr, dans l’entourage de Valls on dément, soulignant que le Premier ministre «en a parlé avec le chef de l’État» et que l’initiative est «complémentaire» de Hé oh la gauche, lancée par les hollandais.

Agacé que Macron ait la réputation d’un «séducteur» unanimement reconnu dans la classe politique…
Manuel Valls veut éviter toute marginalisation, en particulier face à Macron qui progresse dans les sondages et qui lui fait concurrence sur le terrain du modernisme et du social-libéralisme.

Lire la suite sur www.ladepeche.fr…

Le Premier ministre lançait mercredi soir une série de meetings dans son fief d’Evry (Essonne) pour reprendre la main en cette fin de quinquennat.

Il a besoin de remettre les choses en perspective, en tant qu’ancien ministre de l’Intérieur, et surtout en tant que Premier ministre », assure Philippe Doucet, député socialiste proche du Premier ministre.

Le voilà debout au centre du public pour répondre aux questions de la salle.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

En déplacement sur ses terres d’élection ce mercredi 18 mai, le Premier ministre Manuel Valls a passé une soirée-débat avec des citoyens sur la thématique large de la Jeunesse.

Il s’agit du Premier ministre », lui rétorque un autre passant renseigné sur le programme de la fin d’après-midi.

En marge de ce déplacement qui se passe sans encombre pour le chef du gouvernement, une manifestation part de la toute proche maison des syndicats de l’Essonne, direction le gymnase Jean-Pierre Moulin, lieu du second déplacement de Manuel Valls ce mercredi soir.

Lire la suite sur essonneinfo.fr…

Lire la suite sur news.google.fr…