À Calais, des migrants arrêtés sous les yeux de Nicolas Sarkozy

En déplacement à Calais, Nicolas Sarkozy s’est rendu sur le port pour évaluer l’impact des migrants.

À l’intérieur, douze Afghans et Syriens sortant sans fin sous les yeux stupéfaits de Nicolas Sarkozy.

«30 à 50 camions par jour ont des migrants», explique Natacha Bouchart.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

La construction d’un mur « anti-intrusions » a commencé mardi pour protéger les accès au port de Calais des assauts répétés de migrants, tandis que le gouvernement promettait une opération « d’ordre humanitaire » lors du prochain démantèlement de la jungle.

Mais c’est une très mauvaise façon d’utiliser l’argent des Britanniques », estime François Guennoc, de l’Auberge des migrants, tandis que, pour la maire de Calais Natacha Bouchart (LR), « ce mur n’a plus lieu d’être » depuis que le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve est venu sur place annoncer le 2 septembre la fermeture « le plus rapidement possible » du plus grand bidonville de France.

Cette opération d’évacuation constituera « une opération d’ordre humanitaire » et chaque migrant « sera accompagné vers la demande d’asile », ont de leur côté assuré Bernard Cazeneuve et la ministre du Logement Emmanuelle Cosse à l’issue d’une réunion avec les associations.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Nicolas Sarkozy, qui en 2002 en tant que ministre de l’Intérieur avait fait démanteler le centre de Sangatte où s’entassaient alors les réfugiés, puis avait mené une évacuation d’une première « jungle » en tant que président de la République en 2009, s’est récemment prononcé contre le projet du gouvernement de démanteler la « jungle » de Calais avant la fin de l’année et de répartir les migrants dans des centres en France.

En d’autres termes, même s’il refuse de le dire, Nicolas Sarkozy aimerait revenir sur les accords du Touquet, qu’il avait lui-même négociés en tant que ministre de l’Intérieur en 2003, et qui placent la frontière franco-britannique à Calais.

« D’abord, et le gouvernement ne bouge pas sur ce sujet, il faut remettre en cause les accords du Touquet », a-t-il dit.

Lire la suite sur www.bfmtv.com…

Le communiste Jacky Hénin, qui était alors maire de la ville, confirme en partie : « Je ne partage pas les vues de Monsieur Sarkozy, mais c’est bien la seule fois en 20 ans où le nombre de migrants a diminué à Calais.

Le 4 février 2003, Nicolas Sarkozy signe donc, au nom du gouvernement français, le traité du Touquet, ces accords qu’il souhaite aujourd’hui renégocier.

« On ne pouvait pas imaginer ce qui s’est passé ensuite, plaide Sébastien Huyghe.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Suivra une table ronde, organisée en mairie par la maire (LR) de la ville, Natacha Bouchart, sur « les difficultés des Calaisiens ».

Il se rendra ensuite en TER à Lille, déjeunera à Tourcoing avec les élus (notamment son maire Gérald Darmanin, également directeur de sa campagne).

Toujours à Tourcoing, il fera une dédicace de son nouveau livre, « Tout pour la France », dans une librairie.

Lire la suite sur www.lechorepublicain.fr…

La construction d’un mur « anti-intrusions » et « anti-bruit », censé protéger les accès au port de Calais des assauts répétés de migrants pour passer en Grande-Bretagne, a débuté, hier.

Le mur, d’un kilomètre de long pour quatre mètres de haut, en béton armé, sera « végétalisé » et équipé d’un système de vidéosurveillance.

Lire la suite sur www.letelegramme.fr…

Des ouvriers ont commencé mardi à couler du béton pour ériger un mur dans le port de Calais, dans le nord de la France.

Ce mur, qui devrait mesurer un kilomètre de long pour quatre mètres …

Lire la suite sur news.google.fr…